Publié par Guillaume Champeau, le Lundi 29 Octobre 2012

Filippetti défend les contenus contre Bruxelles qui défend les contenants

Dans une tribune publiée par Libération, la ministre de la Culture oppose la politique culturelle numérique de la France à la politique de la Commission Européenne, qui "se focalise sur le seul développement des industries techniques".

La ministre de la Culture Aurélie Filippetti a publié dimanche dans Libération une tribune dans laquelle elle présente la politique culturelle qu'elle entend mener, et réserve une large place à "l’espace public numérique". Sans surprise, la ministre y défend la mission confiée à Pierre Lescure d'imaginer de nouvelles règles devant préserver "l'exception culturelle" française sur Internet, c'est-à-dire d'assister financièrement les industries créatives en France, en particulier celles du cinéma, de la musique et de l'édition littéraire.

Pour ce faire, Aurélie Filippetti n'hésite pas à se placer dans un combat frontal avec la Commission Européenne, à qui elle reproche de se préoccuper davantage du sort des fournisseurs d'accès à internet et des éditeurs de services en ligne que celui des créateurs de contenus. Bruxelles s'est notamment opposée à la taxation des FAI pour financer l'audiovisuel, a préparé une directive favorisant la mise en ligne des livres indisponibles (largement neutralisée par une loi française néfaste pour les auteurs), demandé l'instauration d'un marché unique pour les oeuvres numérisées, la révision du droit d'auteur en faveur de plus de souplesse, ou encore exigé l'application de la TVA à taux plein pour les livres électroniques.

"Alors que la Commission européenne se focalise sur le seul développement des industries techniques, quand l’excellence nationale est aussi celle des contenus, le gouvernement lance l’acte II de l’exception culturelle", tacle ainsi Aurélie Filippetti, qui n'aide pas à rétablir l'ambition d'une construction européenne renouvelée. "L’enjeu est majeur pour nos créateurs mais aussi pour faire de l’Europe un nouvel espace public plus qu’un marché financier", assure la ministre. Laquelle cite en exemple des projets de loi à venir, dont l'infâme Lex Google, qui n'ont aucun autre but que de créer des ressources financières nouvelles.

Comme le fait remarquer Samuel Authueil (assistant parlementaire d'un député de l'opposition) dans un excellent billet critique, la ministre de la Culture ne présente absolument aucune idée pour favoriser l'essor du "nouvel espace de création et de diffusion dans lequel l’action du ministère doit mieux se déployer, celui où la rencontre avec les publics est la plus réactive". La vision politique est totalement absente, ou plutôt vieillissante : 

Quelque part, elle est dans la logique des ministres de la culture depuis des décennies, qui assimilent culture et industrie du divertissement, et qui considèrent qu'il n'est pas possible de produire des contenus culturels en dehors de ce système. Cette vision n'est pas complètement fausse, si on part effectivement du postulat que la culture se limite à ce que produisent les industries dites culturelles. C'est sans doute un des cœurs du problème politique, cette incapacité à développer une vision de ce qu'est la culture qui ne soient pas celle écrite par les lobbystes des [sociétés de gestion collective], du monde de la production audiovisuelle et de l'édition.

Elle part ensuite sur l'autre grande ligne de la politique culturelle, celle qui consiste à dire que la "Culture", c'est la "rencontre avec les oeuvres". Cette vision descendante était sans doute pertinente il y a encore 20 ans, elle l'est de moins en moins aujourd'hui, où le public, notamment jeune, ne se contente pas d'admirer les œuvres, mais souhaite aussi se les approprier. La Culture, c'est aussi produire, reproduire en y mettant du neuf. Or, le droit de la propriété intellectuelle entrave en permanence toute réappropriation par le public, dans une logique d'exploitation maximale par les ayants-droits. Ce que la ministre ne semble pas avoir compris, c'est que la culture, c'est un support de lien social. Le partage non marchand des oeuvres, ce n'est pas seulement un moyen de ne pas payer, c'est aussi créer des liens en faisant connaitre aux autres ce que l'on aime, susciter leurs réactions et engager un dialogue. Cette dimension communautaire de la "consommation culturelle" semble totalement échapper à notre ministre (comme à beaucoup de ceux qui l'entourent), car elle trop focalisé sur la culture "émotion personnelle et intérieure".

(...)

Il y a aussi l'oubli que la Culture, c'est aussi une affaire de "bien commun" et de "non marchand". Il suffit de lire quelques anthropologues pour s'en rendre compte. Or, le ministère de la Culture a été complètement capturé par l'industrie, et n'est plus qu'un simple guichet, incapable de prendre des décisions "politiques", c'est à dire pouvant aller contre les intérêts immédiats de certains lobbies.

Tout est dit.

Publié par Guillaume Champeau, le 29 Octobre 2012 à 15h52
 
18
Commentaires à propos de «Filippetti défend les contenus contre Bruxelles qui défend les contenants»
Inscrit le 10/07/2009
1197 messages publiés
Vla la gueule du contenu...
Inscrit le 20/08/2010
872 messages publiés
Elle ne sert à rien !
Ils n'ont qu'un seul mot d'ordre : le soutien à la création... comme le soutien-gorge, quoi ?
Inscrit le 09/08/2010
135 messages publiés
La pauvre. Elle qui était si critique à ses débuts, n'est désormais plus qu'un pantin aux mains de l'industrie.
A mon avis, elle aurait fort à faire à écrire un livre "vérité" avec ses convictions, et comment l'industrie l'a corrompu comme tout les autres ministres.
Au moins, elle gagnerait un peu d'argent, ce qui l'aidera à préparer sa sortie (coup de pieds aux fesses) du ministère.
Inscrit le 04/04/2008
1492 messages publiés
En fait, c'est plus simple que ca ....

Il faut imaginer Hollande la recevant ( ca vaut aussi pour la ministre ecolo par exemple ) ....

Il lui dit "Tu as des convictions ?"

Elle "oui bien sur" ...

Lui "tu veux garder ton chauffeur , ta pension de ministre et tous les autres avantages " ...

Elle "Oui mais ...."

Lui (la coupant d'un revers de la main ) "Bon ben tes convictions tu te les carres ou je pense et tu obéis ... "

Fermez le ban .....
Inscrit le 11/02/2009
267 messages publiés
Creation... creation... Comme on dit dans Princess Bride:

"You keep using that word. I do not think it means what you think it means."
Inscrit le 04/10/2005
1096 messages publiés
Vraiment juste le billet de Samuel Authueil, il est vraiment dans l'opposition ?
Inscrit le 24/02/2009
2237 messages publiés
"... L’enjeu est majeur pour nos créateurs mais aussi pour faire de l’Europe un nouvel espace public plus qu’un marché financier ... "

Elle s'écoute parler?

Nos créateurs sont a la ramasse non du fait de l'internet mais de leur propre incurie que l'échange planétaire a mis en évidence.
Les gouvernements successifs font de leur mieux pour réduire l'espace public d'internet et la transformer en marché financier. Ou alors je n'ai pas compris les taxes RCP, FAI, opérateurs, Google.. ni Hadopi, Loppsi, LCEN et surtout ACTA.

Pas mal quand meme, dire quelque chose de bien et faire son contraire, sans sourciller.
[message édité par Severe le 29/10/2012 à 18:15 ]
Inscrit le 13/08/2010
7074 messages publiés
Voila qui résume bien ce que je m'apprêtais à écrire.
Stupéfiant.
Inscrit le 20/09/2012
953 messages publiés
Blah blah blah / vide absolu / mensonge permanent
Inscrit le 20/08/2010
872 messages publiés
La création n'a pas besoin d'être soutenue, mais stimulée. Et pour la stimuler, il faut couper les rentes at vitam eternam pour les zéyendroit et consorts.
Inscrit le 02/04/2010
1029 messages publiés
C'est drole comme les politiciens n'ont la verite et l'interet public a l'esprit que tant qu'ils sont dans "l'opposition".
Je vais finir par me demander si c'est bon pour la personnalite de nos "responsables" politiques de se retrouver en majorite.

"Le pouvoir corrompt" semble etre une lecon bien reelle.
Inscrit le 24/02/2009
2237 messages publiés
Dans l'opposition les politiciens s'opposent au gouvernement en place et font des appels du pied aux électeurs.
Des fois ils sont cons de s'opposer pour s'opposer, mais souvent cela sous-entend que le gouvernement prend des décisions qui vont â l'encontre des intérêts de la populace.
Le problème étant que, dés qu'ils sont calife, ils ont aussi d'autres intérêts a prendre en compte...

C'est le triangle électeurs/élus/bailleurs de fonds, avec un déséquilibre évident électeurs/élus et élus/bailleurs de fonds avant et apres les élections.

L'équilibre serait atteint s'il y'avait renforcement de la communication de la branche électeurs/bailleurs de fond. Mais ces deux-lâ ne communiquent que par publicités interposées.
Inscrit le 16/08/2010
1280 messages publiés
En gros elle envoie Bruxelles dans les choux.
Inscrit le 04/09/2002
2673 messages publiés
(..)quand l’excellence nationale est aussi celle des contenus(..)

c'est une blague??
Inscrit le 13/08/2010
7074 messages publiés
Elle doit faire allusion à l'excellence des contenus de Vivendi ou Canal+
Inscrit le 08/09/2009
871 messages publiés
La culture française, celle de M.Nègre et Rogard, me fait tellement vomir que je préfère l'éviter.
Mme Filipetti, vous n'êtes finalement qu'une girouette, une parmi tant d'autres ...

Patrimoine (...)

Focalisons nous sur le passé, l'époque de la gloire française ... Quand on en arrive à injecter plus d'argent dans la préservation du passé que dans la construction de l'avenir, il y a de quoi s'inquiéter.

Numérique (...)le gouvernement lance l’acte II de l’exception culturelle : élaborer les nouveaux outils qui concilieront notre soutien à la création avec le développement numérique, à travers la mission Lescure. Mais déjà, nous travaillons sur les contrats d’édition numérique, sur une rémunération des éditeurs de presse pour le référencement de leurs productions sur les réseaux internet, sur la rénovation du financement de l’audiovisuel, de la musique et du cinéma.

Sanctionner et taxer. Bref, rien de nouveau.

Education artistique et culturelle.(...)à partir de la rentrée 2013, en prenant appui sur la refondation de l’école, le parcours annuel de chaque élève intègre le contact des œuvres, des artistes, des établissements culturels.

Il ne faudrait surtout pas développer de fibre artistique chez les élèves ... Quel discours royaliste.

Audiovisuel(...)Trop longtemps la télévision a été regardée avec dédain alors qu’elle est - ou peut-être parce qu’elle est -la première pratique culturelle des Français.
Ah oui, tout de même ! Regarder la TV, une pratique culturelle ? Regarder la TV c'est quoi ? 40% de pub, des films/séries/reportages vus 100 fois, pratiquement rien en VOST, une vision du monde digne de l'ORTF ... Ce gouvernement est tout aussi bon que le précédent pour insulter les Français.
Inscrit le 24/02/2009
2237 messages publiés
Je ne peux etre que d'accord avec l'accusation de nombrilisme ( handicaper internet au profit de la presse locale ) et le deni de réalité ( La TV? les moins de quarante ans s'en passeraient ! ) signes de déclin et signes que les bonnes décisions ne sont pas prises.
Inscrit le 15/08/2008
2843 messages publiés
Excellent article en tout cas !

"C'est sans doute un des cœurs du problème politique, cette incapacité à développer une vision de ce qu'est la culture qui ne soient pas celle écrite par les lobbystes des [sociétés de gestion collective], du monde de la production audiovisuelle et de l'édition. "
Répondre

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux
Octobre 2012
 
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11