De 129 euros, la redevance audiovisuelle prévue pour 2013 devrait désormais redescendre à 127 euros. En échange, le groupe socialiste à l'Assemblée nationale propose d'étendre l'assiette de cette contribution aux résidences secondaires. Les propriétaires paieront alors la moitié d'une redevance audiovisuelle, en plus de celle qu'ils doivent payer pour leur résidence principale.

Le financement de l'audiovisuel public continue de faire l'objet de nombreuses discussions au parlement. Jusqu'à présent, il était question d'élever la contribution à 129 euros contre 125 euros en 2011, afin de prendre en compte l'inflation causée par l'évolution de l'indice des prix à la consommation (la redevance étant indexée dessus) et la hausse voulue par le gouvernement.

Le plan du gouvernement ne prévoyait alors pas d'étendre cette contribution à l'audiovisuel public aux résidences secondaires ou aux dispositifs capables de recevoir la télévision (ordinateurs, tablettes, smartphones…). Mais les députés ne l'entendent pas de cette oreille et des amendements proposés par le groupe socialiste à l'Assemblée nationale proposent une autre approche.

Le Point explique en effet que les parlementaires issus de la majorité présidentielle souhaitent évacuer la hausse voulue par le gouvernement pour ne laisser que l'augmentation causée par l'inflation. Ainsi, les résidences principales ne paieront plus que 127 euros au titre de la contribution à l'audiovisuel public. Mais en échange, l'assiette de la taxe est étendue aux résidences secondaires.

Ceux disposant d'une résidence secondaire paieront l'an prochain la moitié d'une redevance audiovisuelle en plus de celle qu'ils versent sur leur résidence principale, c'est à dire 63,5 euros. Au total, ils paieront donc 190,5 euros, "au nom de la justice sociale", justifient les députés, qui considèrent que ceux ayant une résidence secondaire ont des moyens plus importants que ceux qui n'en ont pas.

L'amendement avancé par le groupe socialiste n'est pas vraiment une surprise, puisque le président de la commission des affaires culturelles et de l'éducation à l'Assemblée nationale, Patrick Bloche, expliquait en septembre que "cet accroissement de la redevance doit se faire dans un souci de justice sociale et pourrait passer par la restauration de la redevance sur les résidences secondaires […]".

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés