Les internautes de Turquie qui souhaitent se connecter à YouTube seront désormais obligatoirement orientés vers un nom de domaine turc, où les contenus jugés "offensants" seront supprimés.

En affaires, il faut parfois accepter de faire des compromis avec sa conscience. L’agence Reuters indique que Google a accepté de rediriger tous les utilisateurs turcs de YouTube vers une version spécialement aménagée pour eux, nettoyée de tout contenu jugé offensant par le régime.

En 2010, la cour d’appel d’Ankara avait décidé de mettre fin au blocage de YouTube, qui avait été décidé en 2007 suite à une caricature d’Atatürk, le père-fondateur de la République laïque en Turquie. Cependant le site de vidéos restait sous pression ; la semaine dernière encore, un tribunal a ordonné (à la demande de l’Etat) la suppression de la vidéo de l’Innocence des Musulmans. Surtout, le gouvernement turc estimait que YouTube devait établir une filiale en Turquie s’il voulait pouvoir traiter commercialement avec les entreprises du pays.

Désormais, donc, YouTube aura une domiciliation fiscale en Turquie, et y paiera des impôts. Mais le ministre des Transports et des Communications Binali Yildirim s’est surtout réjoui de la décision de YouTube de rediriger tous les utilisateurs se connectant depuis la Turquie vers le nom de domaine YouTube.com.tr. Car « il sera désormais dans l’obligation critique de mettre en oeuvre les décisions judiciaires et de supprimer tout contenu répréhensible« .

« Maintenant, dès qu’un tribunal rendra sa décision, toutes les demandes seront réalisées immédiatement« , se félicite Yildirim.

En effet, en utilisant un .tr, qui est le nom de domaine de premier niveau réservé à la Turquie, YouTube s’oblige à respecter les conditions d’utilisation (.pdf) des noms de domaine en .tr. Ces dernières rappellent que le .tr est considéré en Turquie comme « un bien public commun« , qui doit donc être géré dans l’intérêt des Turcs, ce qui implique que « tous les citoyens, particuliers et organisations qui utilisent ce service » doivent le faire « avec justice et équité« .

Elles ajoutent que « le particulier ou l’organisation qui demande un nom de domaine s’engage à obéir aux lois de la République de Turquie » dans l’utilisation du nom de domaine. Or, les lois de la Turquie interdisent les contenus jugés offensants, ce qui est parfois d’une interprétation très large. En 2011, la Turquie avait fait bloquer des sites parlant de la théorie de l’évolution et de Darwin, dans un pays où la théorie créationniste est dominante.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés