Facebook, bientôt payant ? Pour les entreprises, c'est une perspective qui prend forme. La directrice d'exploitation du groupe a indiqué à la télévision américaine qu'une réflexion sur le sujet est en cours. Le site communautaire souhaiterait faire payer les entreprises, en échange de services haut de gamme. Les utilisateurs en revanche continueront d'accéder gratuitement au site.

À intervalle régulier, des rumeurs sur l'avenir de Facebook apparaissent sur la toile et balaient de nombreux sujets. L'un des thèmes les plus récurrents est la fin de la gratuité du réseau social. Selon cette rumeur, qui circule notamment par e-mail, le site communautaire compte développer un accès payant à partir d'une date x. Ce qui est totalement faux : Facebook ne fera jamais payer ses utilisateurs.

Ce qui vrai en revanche, c'est sa recherche continue de nouvelles sources de revenus. Le réseau social américain tente en particulier de démontrer sa capacité de monétiser ses services, celle-ci n'ayant jusqu'à présent pas vraiment convaincu. Et si Facebook commettrait un suicide en faisant payer ses utilisateurs, il pourrait en revanche dégager une nouvelle source de financement en faisant payer les entreprises.

C'est une piste à laquelle songe le site communautaire. Dans une interview donnée à CNBC et signalée par l'AFP, la directrice d'exploitation du groupe a confié qu'une réflexion est en cours à ce sujet. "Nous n'avons pas d'annonce de produit, mais c'est quelque chose sur quoi nous travaillons". Une annonce qui a eu son petit effet sur le cours de l'action, puisque une hausse a été enregistrée peu après.

Pour séduire les entreprises et les convaincre de mettre la main à la poche, Facebook compte en échange de cet accès payant fournir "des services haut de gamme". Lesquels ? Sheryl Sandberg est restée silencieuse. Parmi les services que pourraient proposer le réseau social pourraient figurer des outils statistiques plus performants encore, afin de permettre à une marque de mieux connaître ses "fans".

Alors qu'un accès payant ferait fuir les utilisateurs, celui(ci devrait au contraire intéresser nombre d'entreprises. Leurs clients se trouvant notamment sur Facebook, ces dernières tiennent naturellement à rester à leur contact afin de continuer à communiquer avec eux, via les community managers, de lancer des opérations spéciales et d'occuper leur fil d'actualité.

Il reste désormais à savoir si et un tel accès verra le jour, et quand. Selon À en croire Sheryl Sandberg, qui doit naturellement défendre l'idée que cette fonctionnalité est attendue par les firmes, celles-ci "veulent davantage de notre part, il y a des choses pour lesquelles elles paieraient, qu'elles veulent que nous proposions, donc c'est une chose que nous commençons à explorer".

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés