Présent pour la première fois aux élections législatives avec 101 candidats, le Parti Pirate n'a pas réussi dimanche à recueillir 1 % des voix avec au moins 50 candidats, comme c'était l'objectif pour obtenir un précieux financement public. Cependant, certains scores redonnent le sourire à la formation politique qui veut croire en son avenir.

L’ambiance n’était clairement pas à la fête dimanche soir, mais le Parti Pirate aurait signé il y a encore quelques mois pour obtenir de tels résultats lors de ses premières élections nationales en France. Surtout lorsque l’on mesure que la plupart des candidats ont réalisé une « campagne à zéro euro », sans affichage ni tracts, et qu’ils demandaient même parfois aux électeurs d’imprimer eux-mêmes leur bulletin.

La semaine dernière, les scores obtenus dans les circonscriptions de l’étranger avaient regonflé les espoirs de parvenir à décrocher le financement public, qui lui aurait permis d’être mieux paré pour les prochaines échéances. Malheureusement, le pari d’obtenir 1 % des voix dans 50 circonscriptions, condition sine qua non à l’accès aux subventions, n’a pas été réussi.

Sur les 101 candidats présentés par le Parti Pirate, « seulement » 23 ont obtenu au moins 1 % des voix. Mais s’il a perdu son pari financier, le Parti Pirate a au moins gagné celui de la visibilité et de la crédibilité. Il a démontré sa capacité à s’inscrire dans le jeu démocratique et à réaliser dans plusieurs circonscriptions de meilleurs scores que des formations beaucoup plus médiatisées et expérimentées.

De tous les candidats, le meilleur score a été obtenu par Isabelle Robin (2,85 %), qui se présentait dans la circonscription étrangère de l’Allemagne, l’Europe Centrale et l’Europe de l’Est.

En métropole, le candidat Pirate ayant obtenu le meilleur score est Antoine Walter (2,41 %), un ingénieur de 24 ans qui se présentait dans la 1ère circonscription du Haut-Rhin. Arrivé en 6ème position, devant les candidats du Front de Gauche, du Centre ou d’Europe Ecologie-Les Verts, Antoine Walter avait su se faire connaître des électeurs avec humour :

A Paris, c’est Pierre Mounier qui obtient le plus gros score, avec 1,94 % des suffrages exprimés dans la 15ème circonscription de Paris. Il arrive lui aussi en 6ème position, parmi 15 candidats présentés.

Le co-président du Parti Pirate, Maxime Rouquet, qui était le seul candidat du Parti Pirate en 2007, a obtenu 1,82 % des voix dans les Yvelines. C’est sur le papier moins bien qu’en 2007, où il avait obtenu 2,06 % des voix, mais il y avait alors nettement moins de candidats concurrents. Il arrive en 7ème position, devançant l’Alliance Centriste, l’extrême gauche ou l’écologiste.

La circonscription qui a le moins voté Pirate est (curieusement) en Seine-Saint-Denis. Dans la 11ème circonscription du 93, seuls 4 électeurs ont voté pour le candidat Pirate sur les 30 182 électeurs qui ont glissé leur bulletin dans l’urne.

Sur les 19 candidats métropolitains qui ont obtenu le 1 % de voix, 5 se présentaient dans un département limitrophe de l’Allemagne, où le Parti Pirate connaît un engouement national sans équivalent :

2.85 % Cir. : Hors-france – 7 – Isabelle Robin

2.45 % Cir. : Haut-rhin – 1 – Antoine Walter

1.94 % Cir. : Paris – 15 – Pierre Mounier

1.82 % Cir. : Yvelines – 10 – Maxime Rouquet

1.48 % Cir. : Paris – 18 – Clément Carjat

1.40 % Cir. : Haute-garonne – 4 – Philippe Mattei

1.35 % Cir. : Hors-france – 4 – Pablo Martin Gomez

1.32 % Cir. : Val-de-marne – 11 – Ivan Lamouret

1.30 % Cir. : Bas-rhin – 3 – Matthieu Wiedenhoff

1.30 % Cir. : Paris – 17 – Hervé Breuil

1.29 % Cir. : Hauts-de-seine – 9 – Philippe Blanc

1.29 % Cir. : Hors-france – 1 – Raphaël Clayette

1.27 % Cir. : Bas-rhin – 1 – Maurice Hoffmann

1.24 % Cir. : Seine-saint-denis – 9 – Romain Rivière

1.24 % Cir. : Paris – 6 – Thomas Watanabe-Vermorel

1.22 % Cir. : Bas-rhin – 2 – Dimitri Breiner

1.22 % Cir. : Paris – 16 – Adrien Havas

1.21 % Cir. : Haute-garonne – 2 – Raphael Isla

1.20 % Cir. : Paris – 10 – Sébastien Veyrat

1.20 % Cir. : Hauts-de-seine – 7 – Laurent Blanchard

1.10 % Cir. : Haute-garonne – 6 – Jérémy Collot

1.06 % Cir. : Hors-france – 6 – Romain Devouassoux

1.02 % Cir. : Bas-rhin – 5 – Christophe Palisser

Désormais, les prochaines échéances pour le Parti Pirate seront les élections municipales et territoriales de mars 2014. Un scrutin en principe plus favorable aux petits partis puisqu’une partie des sièges sont répartis à la proportionnelle.

Dimanche soir, lorsqu’il est devenu clair qu’il perdrait son pari, le Parti Pirate a immédiatement nuancé les résultats en rappelant qu’il s’agissait pour lui d’une première expérience électorale, et qu’il avait beaucoup appris dans ce scrutin. Il a aussi rappelé qu’en 2009, il y a seulement 3 ans, le Parti Pirate allemand avait fait 2 % des voix aux législatives. Aujourd’hui, la formation a des représentants élus dans 4 parlements régionaux, et pointe à plus de 10 % d’intentions de vote dans les sondages nationaux pour les législatives de septembre 2012.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés