Le Comité d'organisation des Jeux Olympiques de Londres a exploité ses droits de propriété intellectuelle pour tenter de réduire au silence un groupe de Britanniques qui condamnent l'évènement sportif.

Félicitations au grand vainqueur. Après Louis Vuitton qui avait gagné notre premier prix Abuzip en mars, c’est au tour du Comité d’organisation des Jeux Olympiques de Londres (LOCOG) de recevoir le prestigieux titre. Rappelons que le prix Abuzip récompense « les ayants droit qui demandent abusivement la suppression d’un contenu sous prétexte qu’il violerait leurs droits de propriété intellectuelle, soit que l’atteinte à la liberté d’expression est le but essentiel recherché, soit que la demande traduit un réflexe pavlovien de défense de la propriété intellectuelle davantage qu’une action réfléchie« .

Ce qui vaut aux JO de Londres notre prix Abuzip n’est pas la politique drastique qu’il a mise en place pour protéger les marques de ses partenaires et garantir les exclusivités des médias au détriment de la liberté de communication des spectateurs et des sportifs, mais la fermeture d’un compte Twitter.

Les Space Hijackers, qui se désignent sur leur site ProtestLondon2012.com comme les « manifestants officiels des Jeux Olympiques de Londres 2012« , avaient créé un compte Twitter pour recruter des manifestants et sensibiliser le public sur les raisons pour lesquelles ils s’opposent à l’évènement sportif de l’année organisé en Grande-Bretagne (voir les 10 raisons sur leur site officiel).

Evidemment, l’initiative n’a pas été au goût du Comité International Olympique, qui n’apprécie guère de voir ainsi des trublions gâcher la fête et ternir l’image d’une manifestation qui génère des milliards de dollars de recettes. Ne pouvant pas encore interdire au public d’exprimer son ressentiment, le LOCOG a donc exploité ce qu’il avait sous la main pour les faire taire : la propriété intellectuelle.

Le Comité d’organisation a en effet demandé à Twitter d’agir contre Space Hijackers, au motif qu’il utilisait des marques appartenant au LOCOG. Le groupe utilisait pour son avatar une version détournée du logo officiel des Jeux Olympiques de Londres, habillé de rouge et de noir pour reprendre les couleurs de l’anarchisme. Par ailleurs, l’expression « Manifestants Officiels des Jeux Olympiques de Londres 2012 » est perçue comme une violation de la marque « Jeux Olympiques de Londres 2012 ».

Peu importe pour le LOCOG et pour Twitter que ces usages soient manifestement caricaturaux, et donc admissibles au point de vue de la loi. Twitter a suspendu le compte @SpaceHijackers, et a obligé ses titulaires à supprimer toute référence au marques des Jeux Olympiques. Le compte a depuis été rouvert, mais sous la menace de le fermer définitivement à la moindre incartade.

Loin de s’en émouvoir, le groupe s’est au contraire félicité de l’action du LOCOG. « En quelques minutes les soutiens en notre faveur sur Twitter ont explosé. A peine étions-nous hors-antenne que les coups de téléphone et les e-mails ont commencé à pleuvoir. Dans un cas classique d’effet Streisand, avant-même que nous ayons le temps de réaliser, des articles surgissaient dans les journaux et sur les blogs à travers le monde« , se félicite Space Hijackers, revue de presse à l’appui.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés