Blizzard a annoncé que son dernier titre, Diablo 3, s'est écoulé à 4,7 millions d'exemplaires en 24 heures. En une semaine, 6,3 millions de joueurs ont été enregistrés par la plate-forme Battle.net. Le célèbre hack and slash de l'éditeur américain est donc un succès, malgré les critiques sur certains choix de Blizzard.

Diablo 3 est une réussite commerciale complète. Une semaine après son lancement dans le monde entier, Blizzard a dévoilé ce mercredi le nombre d’exemplaires qui se sont vendus au cours des 24 premières heures de disponibilité : plus de 3,5 millions. À ce nombre, il faut ajouter les 1,2 million de joueurs qui ont obtenu une licence Diablo 3 en s’abonnant un an à World of Warcraft.

C’est donc plus de 4,7 millions de joueurs qui ont pu arpenter les terres de Sanctuaire dès le premier jour, annonce l’éditeur américain, faisant du célèbre jeu de hack and slash « le plus gros lancement de jeu vidéo PC de l’histoire« . Une semaine après, pas moins de 6,3 millions de joueurs ont été enregistrés. Un nombre qui, là encore n’intègre pas certains clients, notamment ceux fréquentant les cybercafés en Corée du Sud.

À cette occasion, le président de Blizzard en a profité pour renouveler les excuses de son entreprise pour les importantes difficultés techniques rencontrées lors de la première journée. Les serveurs d’authentification liés à la plate-forme Battle.net ne sont en effet pas parvenus à encaisser l’afflux massif de joueurs cherchant à se connecter immédiatement au jeu, engendrant des déconnexions, de la latence ou de multiples erreurs de connexion.

« Nous regrettons également que nos préparatifs n’aient pas été suffisants pour assurer à tout le monde une expérience sans faille. Je tiens à réaffirmer notre engagement auprès de nos joueurs à leur assurer la meilleure expérience de jeu possible et à les remercier pour leur soutien« , a déclaré Mike Morhaime.

Plus généralement, les nombreuses critiques survenues au cours des trois dernières années sur certains choix techniques ou idéologiques n’ont pas affecté les ventes de Diablo 3. Blizzard impose désormais une connexion Internet permanente pour profiter de ses jeux, dans la mesure où il n’existe plus de fonctionnalité pour jouer en réseau local (LAN).

Blizzard veut imposer le passage via sa plateforme Battle.net, pour interdire aux copies piratées l’accès aux jeu multijoueurs. Pourtant, une pétition réunissant plus de 261 000 signataires réclame justement le retour du jeu en réseau local, sans l’obligation de s’authentifier sur Battle.net. Sans succès, Blizzard estimant qu’il ne s’agit là que de l’évolution naturelle de l’industrie vidéoludique.

L’autre critique récurrente concernant Diablo 3 porte sur l’introduction prochaine d’un hôtel des ventes où les transactions se feront avec de l’argent réel. Au lieu de dépenser des pièces d’or virtuelles récoltées en jeu, les joueurs auront la possibilité de verser quelques euros (ou beaucoup, selon les bourses et les désirs de chacun) pour obtenir un item.

D’aucuns considèrent que cela va distordre la compétition entre les joueurs, les plus fortunés ayant la possibilité d’équiper plus facilement leurs personnages que les autres. De plus, ceux récupérant des items ayant d’excellentes statistiques seront tentés de les vendre sur l’hôtel des ventes avec de l’argent réel plutôt que sur celui utilisé pour les pièces d’or.

Si les effets de cet hôtel des ventes avec de l’argent réel restent à observer, il est clair qu’il s’agit-là pour Blizzard de chercher un nouveau moyen de gagner de l’argent. En effet, l’éditeur n’impose pas d’abonnement mensuel contrairement à World of Wacraft. L’arrivée de cet hôtel des ventes va permettre à Blizzard de gagner un peu d’argent, puisqu’une commission de 15 % est appliquée sur chaque item vendu.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés