C'est dommage. L'ALPA, qui a bien reçu la lettre dans laquelle Nicolas Sarkozy s'engage à renforcer toujours davantage l'action des pouvoirs publics contre le piratage, n'a pas reçu la lettre de Nicolas Dupont-Aignan dans lequel il promet à peu près le contraire. Un problème de boîte de messagerie qui semble se répéter pour le lobby du cinéma...

L’Association de Lutte contre la Piraterie Audiovisuelle (ALPA) mériterait d’être mieux rétribuée, pour pouvoir s’offrir de meilleurs serveurs de messagerie électronique.

Déjà il y a une dizaine de jours, nos confrères de Reflets.info avaient tenté d’obtenir des explications de l’ALPA concernant le document rempli d’adresses IP de prétendus pirates réalisé par la société indienne Aiplex, dont l’ALPA aurait été destinataire. Le site avait donc envoyé un mail à l’association. Mais c’est uniquement lorsque l’article est paru que cette dernière s’est énervée des conclusions de Reflets, et a envoyé une sorte de droit de réponse. « Quant au mail que vous nous auriez adressé, nous n’en avons aucune trace« , affirmait alors Frédéric Delacroix, le délégué général de l’ALPA.

A cette occasion, l’homme fort de la lutte contre le piratage en France assurait aussi que l’ALPA n’avait « jamais été destinataire du document auquel vous faites référence« , ce qui n’a pas manqué de faire rire Reflets. Le site a en ses possessions un entête de mail qui dit le contraire. Mais sans doute là encore l’ALPA a-t-elle eu une défaillance de serveur mail. Quoiqu’au moment où l’ALPA affirmait à Reflets n’avoir jamais reçu le document, Numerama venait de publier un article dans lequel Aiplex nous expliquait que c’est lorsqu’elle a pris connaissance du document que l’ALPA aurait d’elle-même vivement conseillé à Aiplex de cesser toute communication d’adresses IP vers la France. Cherchez l’erreur.

Enfin, aujourd’hui, c’est PC Inpact qui semble confirmer que l’ALPA a de gros problèmes de messageries. Hier, l’Association assurait qu’elle n’avait reçu qu’une seule réponse à ses questions aux présidentiables sur la lutte contre le piratage, celle de Nicolas Sarkozy. Le président-candidat y saluait l’ALPA qui « n’a cessé d’être un partenaire essentiel des pouvoirs publics« , et s’engageait à « conforter la Hadopi dans son action contre le piratage« . Il confirmait aussi sa volonté de s’attaquer durement au streaming et au DDL. Du doux miel pour les oreilles de l’association, qui fait partie des quatre organisations habilités en France à faire collecter des adresses IP par TMG, pour les transmettre à l’Hadopi.

Mais étrangement, ce vendredi, nos confrères révèlent que l’ALPA a bien reçu (ou plutôt a bien été destinataire) une autre réponse, beaucoup moins charmante aux yeux de l’association, de la part de Nicolas Dupont-Aignan, opposant de longue date à l’Hadopi :

Monsieur le Président,

Vous m’avez fait parvenir le 6 mars une lettre dans laquelle vous exprimez vos interrogations quant à ma volonté d’abroger la loi HADOPI. Je tiens à vous répondre car il ne faut pas se méprendre sur mes intentions.

Je considère que le chemin pris par les promoteurs de la HADOPI ne nous conduit pas vers une solution viable pour répondre à l’enjeu de la rémunération des artistes à une époque où il n’a jamais été aussi facile d’échanger des œuvres.

Pourquoi ?

D’abord parce que je pense que la révolution numérique et l’émergence d’Internet est une chance pour l’humanité. Le bouleversement que nous vivons est au moins aussi important que celui induit par la maîtrise de l’imprimerie. En ce sens, la liberté d’expression sur internet et la neutralité des réseaux doivent être préservées à tout prix. Internet doit être protégé de ceux qui veulent y imposer leurs règles : les Etats comme les groupes d’intérêt.

La loi HADOPI s’inscrit dans une démarche à l’efficacité limitée qui poussera les pouvoirs publics à aller toujours plus loin dans la surveillance des connexions avec un arsenal technologique très lourd et dangereux pour nos libertés fondamentales. Je ne l’accepte pas. Je n’ignore pas non plus les pratiques douteuses, voire illégales, des prestataires de la HADOPI qui ont recours à des fichiers piégés dont les seules victimes sont les internautes qui téléchargent occasionnellement.

Ensuite, il me semble évident que l’échange libre des œuvres sur Internet est une opportunité sans précédent pour les artistes et que toute mesure visant à restreindre ces échanges repoussera les internautes toujours plus loin dans la marginalité, vers des modèles qui ne profiteront à personne. Megaupload en est la meilleure illustration et vous avez raison de dénoncer l’existence de ce genre de service qui représente à mes yeux la pire des solutions : les internautes payent et les artistes ne perçoivent rien. Mais le problème que pose le comportement de certains profiteurs ne se règle pas par la surveillance généralisée des échanges numériques. Ce sont les flux financiers générés par ces activités qu’il faut tracer et stopper.

En fait, Internet n’est pas le problème, c’est la solution. Car la réalité est que la politique frileuse de restriction des échanges freine le développement d’une vraie économie numérique portée par une offre légale attractive pour les internautes. Des services comme Spotify, Grooveshark ou le français Deezer qui offrent un accès sans égal aux œuvres musicales doivent faire face à la réticence des majors et ne peuvent pas toujours offrir le niveau de service espéré par des internautes souhaitant souscrire à une offre payante.

Le vrai débat est : comment rendre attractives les offres payantes ?

Pour le cinéma en particulier, il n’est pas normal qu’il soit aujourd’hui si difficile d’accéder aux œuvres cinématographiques. La vente de DVD est une pratique passéiste qui n’est pas en phase avec l’évolution des usages. Nous disposons d’un patrimoine d’une richesse exceptionnelle qui est aujourd’hui inaccessible, légalement ou non d’ailleurs. Le vrai problème ne réside donc pas dans la demande – les Français n’ont jamais été aussi friands de cinéma – mais dans l’offre.

Plutôt que de continuer dans cette stérile et artificielle chasse aux  » pirates « , les acteurs que vous représentez devraient plutôt exiger de nouvelles mesures permettant de renforcer l’efficacité de la chronologie des médias et de créer un cadre économique favorable au développement de services permettant aux internautes et aux téléspectateurs d’accéder aux œuvres avec un bien plus grand confort que par P2P. Et les Français – vous le verrez – sont prêts à payer pour des services de qualité dont ils reconnaîtront la valeur ajoutée. Ce que certains sont en passe de réussir avec la musique, il est possible de le faire avec le cinéma, j’en suis convaincu.

Par la présente, j’espère vous avoir fait comprendre que ma proposition d’abroger la HADOPI et de libéraliser les échanges de pairs à pairs sans but lucratif sur Internet a pour but de favoriser l’émergence d’une vraie nouvelle économie de la culture. Comme vous, j’ai le souci d’offrir un cadre légal aux artistes permettant la mise en place d’un mode de rétribution efficace et pérenne. Plutôt que d’y résister, j’invite tous les acteurs du monde du cinéma à s’approprier pleinement la révolution numérique. A défaut de quoi, celle-ci s’opérera sans eux, voire contre eux.
Vous remerciant de votre intérêt et espérant avoir répondu à vos interrogations, je vous prie de croire, Monsieur, à l’assurance de toute ma considération.

Nicolas DUPONT-AIGNAN

Candidat à la présidence de la République
Député de l’Essonne – Maire d’Yerres

C’est sans doute passé dans l’anti-spam.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés