L'AFNIC a annoncé sa candidature pour gérer les onze extensions de premier niveau correspondant aux territoires de la République. Depuis 1998, l'association s'occupait de six d'entre elles, dont celle destinée à l'hexagone (.fr). L'AFNIC espère prendre en charge les cinq autres qui concernent les Antilles françaises.

Qui sera chargé de s’occuper des domaines de premier niveau français ? Le ministère de l’économie numérique a fait publier cette semaine au Journal officiel plusieurs appels à candidatures pour déterminer l’organisme qui devra assurer les fonctions de bureau d’enregistrement des extensions de premier niveau correspondant aux territoires de la République.

Comme prévu, l’Association française pour le nommage Internet en coopération (AFNIC) vient d’annoncer sa candidature en soulignant son expertise déjà ancienne. C’est en effet elle qui administre depuis 1998 les extensions .fr (France), .re (île de la Réunion), .yt (Mayotte), .pm (Saint-Pierre-et-Miquelon), .wf (Wallis-et-Futuna) et .tf (Terres australes et antarctiques françaises).

« L’association est particulièrement attachée à la prolongation de cette approche impartiale, donnant à chaque catégorie d’acteurs (bureaux d’enregistrement, utilisateurs, secteur privé, État) une place équitable, tout en privilégiant la mutualisation et l’ouverture dans un cadre à but non lucratif » écrit le président de l’AFNIC, Jean-Pierre Dardayrol. Pourquoi ne pas continuer sur cette lancée ?

En plus des domaines précédemment cités, l’AFNIC souhaite ainsi prendre en charge les extensions .bl (Saint-Barthélémy), .gp (Guadeloupe), .mf (Saint-Martin), .gf (Guyane) et .mq (Martinique). Au total, l’AFNIC souhaite gérer onze extensions. Et pour cela, l’association a lancé une campagne pour fédérer autour d’elle un maximum de soutiens.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés