L’histoire était pour nous révélatrice des dangers de la loi Loppsi, qui prévoit de faire bloquer les sites réputés pédopornographiques avant-même le moindre jugement. Mais nous n’imaginions pas que l’histoire puisse aller si loin.

En novembre dernier, nous avions rapporté les mésaventures de Pirate Sourcil, un auteur de bandes dessinées qui avait été contacté par les services de police, parce qu’il avait publié sur son blog une BD racontant l’histoire d’une enfant trop dévergondée, abusée par un maître d’école pédophile. L’histoire était certes maladroite, mais elle n’avait selon nous rien d’illégal. Elle ne montrait absolument aucune image explicite. Son seul tort était d’avoir voulu faire de l’humour avec une histoire qui aurait été parfaitement acceptée si elle avait été présentée comme un drame.

L’histoire était révélatrice car le service de police qui avait contacté Pirate Sourcil pour le menacer de poursuites judiciaires était l’OCLCTIC (Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication). Or c’est précisément ce service du ministère de l’intérieur qui doit établir sans le regard d’un juge la liste des sites à bloquer par les FAI. Autrement dit, le blog du dessinateur aurait été ajouté à la liste pour une bande dessinée qui, selon nous, n’a absolument rien de répréhensible au regard de l’article 227-23 du code pénal.

On croyait l’histoire oubliée, mais voilà qu’elle resurgit. Pirate Sourcil a fait savoir vendredi qu’il faisait l’objet d’une enquête de police judiciaire. « Après quelques mois de silence, la gendarmerie a débarqué chez moi aujourd’hui, ont pris en otage tout mon matériel, et donc tout mon travail. Sans oublier bien entendu toutes mes informations personnelles« , raconte-t-il. « Je suis convoqué cet après midi. Vous imaginez à quel point je suis outré qu’une petite BD soit l’objet de telles procédures !« .

Ca doit être ça, la France forte.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés