Le budget prévisionnel pour 2012 est de 1,1 million d'euros, mais Wikimédia France n'a reçu que 980 000 euros en dons. L'association se veut toutefois rassurante, en indiquant que les sommes manquantes seront récoltées autrement, sans trahir l'engagement de ne jamais recourir à la publicité.

C’est un écart qui ne devrait pas être trop difficile à combler dans les prochaines semaines, mais qui met en lumière une fois de plus la relative fragilité du modèle économique choisi par Wikimédia pour se financer et assurer la pérennité de ses projets. Dans un message adressé à tous les contributeurs francophones, le président de Wikimédia France annonce qu’il manque 120 000 euros.

Rémi Mathis explique que le budget prévisionnel pour l’année en cours est de 1,1 million d’euros. Suite à l’appel aux dons, 36 000 internautes ont répondu présent ce qui a permis à Wikimédia France de récolter 980 000 euros. Une somme importante, d’autant que la campagne s’est déroulée « dans une période économique difficile« , tient à souligner le président. L’effort mérite d’être salué, et les contributeurs d’être remerciés.

L’association se veut toutefois rassurante. La somme manquante ne sera bientôt plus un souci. « Nous allons trouver l’argent manquant par d’autres moyens pour mener à bien ces projets qui nous tiennent à coeur. Rassurez-vous, nous resterons fidèles à nos engagements : il n’y aura pas de publicité ni sur Wikipédia, ni sur les autres sites Wikimédia » est-il écrit dans la page de remerciements.

Alors que le nombre de donateurs a pratiquement triplé par rapport à 2010, Rémi Mathis en profite pour faire le point sur les postes de dépense. Le plus important est bien évidemment le financement, le développement et l’amélioration de l’infrastructure (en particulier les serveurs) soutenant les projets de Wikimédia ainsi que les différents logiciels associés.

À côté de l’accessibilité du site, qui reste une priorité absolue pour Wikimédia, les dons servent à promouvoir les différentes sections auprès du public. On retrouve également les dépenses en matière de partenariats, afin d’accompagner les institutions patrimoniales à enrichir Wikipédia et les autres projets. Des liens ont ainsi été tissés avec le Centre Pompidou, le Musée de Cluny ou encore les Archives de Toulouse.

« Nous avons de plus mis sur pied un projet de partenariat avec des universités francophones en Afrique pour leur offrir un accès à Wikipédia et au Wiktionnaire et avons dédié des ressources pour travailler, en France, avec les enseignants, les chercheurs et les étudiants dans le but d’améliorer la qualité des projets Wikimédia » poursuit Rémi Mathis, qui formule le voeur de voir plus de contributeurs en 2012.

Rappelons qu’à l’échelle internationale, la fondation Wikimédia a recolté pas moins de 20 millions de dollars. Les estimations des responsables de la communauté montrent toutefois que les dépenses vont nettement dépasser les récentes rentrées d’argent. Le soutien des internautes à l’égard de Wikipédia et des autres sites est plus que jamais indispensable.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés