Nous en parlions peu et il se faisait discret, pourtant WinMX connaissait une très forte communauté d'utilisateurs. Hier, le réseau a rendu l'âme, entraînant dans sa chute les noms de domaine qui lui étaient dédiés. Il reste cependant un espoir pour ses admirateurs...

La semaine passée, la RIAA a envoyé sept lettres d’injonction demandant entre autres à WinMX, BearShare, et LimeWire de cesser toute activité. Hasard ou coïncidence, WinMX a mis hier la clé du réseau sous la porte. Il n’est plus possible de se connecter au réseau propriétaire du logiciel, et les utilisateurs doivent se retourner sur le support des serveurs OpenNap, dont une liste est consultable à cette adresse. Les noms de domaine WinMX.com et FrontCode.com (FrontCode étant connue comme la société canadienne éditrice du logiciel) ne répondent plus. Tout semble donc indiquer que le logiciel est mort et enterré. La version 4.0, attendue depuis 2003, n’aura jamais vu le jour.

Mais il y a un mais.

Un Whois sur le nom de domaine WinMX.com indique que les informations ont été mises à jour le 15 août dernier, avec comme nouveau propriétaire :

WinMX Technology Associates
PO Box 50
Port Vila,
VU

Fontcode, qui était situé au Canada, pourrait donc s’être déplacé dans les îles Vanuatu en plein océan pacifique, et s’être renommé pour l’occasion « WinMX Technology Associates ». A moins qu’il s’agisse d’une vente de la technologie, au profit d’une société qui aurait choisi d’installer son siège social dans le même paradis fiscal que celui qu’avait choisi Sharman Networks, l’éditeur du mourant Kazaa…

Quoi qu’il en soit, il s’agit d’un indice sérieux pour croire qu’une nouvelle version de WinMX pourrait bientôt arriver.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés