L'Arcep a dévoilé sa dernière estimation concernant le coût de la couverture de la France en très haut débit. Selon le gendarme des télécommunications, la couverture complète du pays nécessitera 21 milliards d'euros sur 15 ans. À titre de comparaison, cela représente près de 60 % du grand emprunt.

À l’occasion des journées internationales de l’IDATE à Montpellier, le président de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, Jean-Ludovic Silicani, a livré ses dernières estimations chiffrées portant sur le coût de la couverture du territoire national en très haut débit, et plus particulièrement en fibre optique. Selon le gendarme des télécoms, il faudra au total 21 milliards d’euros sur 15 ans.

« La couverture complète du territoire français en FTTH (fibre jusqu’au logement, ndlr) coûtera environ 21 milliards d’euros sur 15 ans, dont près de 2 milliards ont déjà été investis, essentiellement dans les grandes agglomérations » a-t-il annoncé dans un discours reproduit sur le site de l’Arcep. Autrement dit, un peu moins de 10 % de l’estimation globale ont été investis par les opérateurs.

Les « 19 milliards d’euros supplémentaires d’investissement vont se répartir entre les acteurs privés et publics selon une proportion qui va assez vite se préciser, mais sans doute à part à peu près égales » a poursuivi Jean-Ludovic Silicani. Si les zones densément peuplées seront traitées en priorité par les FAI, il faudra absolument des fonds publics pour s’occuper des régions rurales ou difficiles d’accès.

Cette nouvelle estimation établie par l’Arcep est un peu moins élevée que la précédente, qui était évaluée entre 24 et 25 milliards d’euros. Cependant, d’autres calculs laissent entendre que la couverture complète du territoire avec la fibre optique coûtera bien plus cher. L’an dernier, certaines estimations ont évoqué ainsi des montants atteignant au moins 30 milliards d’euros.

À titre de comparaison, le grand emprunt visant à financer les investissements d’avenir mobilise en tout 35 milliards d’euros. Si la dernière estimation de l’Arcep sur le coût de la couverture est juste, le montant représente environ 60 % du grand emprunt. C’est considérable, même si cette somme sera investie sur une longue période de temps.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés