Les contributeurs de Wikipédia s'invitent dans les débats parlementaires en Italie. La communauté a décidé de bloquer temporairement la version italienne de l'encyclopédie en ligne Wikipédia afin de protester contre une proposition de loi qui impose aux sites Internet l'obligation de publier sous 48 heures une correction de n'importe quel contenu sur demande d'un plaignant.

Mise à jour – les contributeurs de Wikipédia ont remis en ligne ce jeudi la version italienne de l’encyclopédie. Un bandeau d’avertissement a toutefois été maintenu, afin d’alerter les internautes italiens des dérives que fait courir la proposition de loi sur les écoutes.

Sujet du 05 octobre – À situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle. Les contributeurs de Wikipédia Italie ont annoncé mardi sur le blog de l’encyclopédie avoir pris la décision de remplacer tous les articles de la version italienne de l’encyclopédie libre et gratuite par un texte destiné à tous les internautes. La raison ? La communauté entend marquer sa très claire hostilité vis-à-vis d’une proposition de loi actuellement débattue par les parlementaires italiens.

Baptisé « loi sur les écoutes », le texte fait polémique en Italie. En effet, certaines des dispositions controversées contenues dans la proposition de loi, comme l’alinéa n°29, pourraient durablement remettre en cause l’avenir de Wikipédia en Italie. La fondation juge que cette mesure pourrait porter atteinte durablement à la nature et au mode de fonctionnement du projet.

Correction sous 48 heures

« Cette proposition […] formalise, entre autres, une obligation pour l’ensemble des sites Internet de publier, sous 48 heures de la demande et sans commentaire, une correction de n’importe quel contenu que le plaignant estime dommageable à son image« . N’importe quel site Internet, que ce soit un blog, un magazine en ligne ou une encyclopédie comme Wikipédia sera obligé d’effectuer des changements sur demande.

Pour les contributeurs, il s’agit d’une situation invraisemblable et inacceptable. Le texte porte en l’état un très mauvais coup aux « piliers sur lesquels Wikipedia repose – neutralité, liberté et vérifiabilité des contenus –« . La colère est d’autant plus grande que « la loi ne requiert pas une évaluation de la plainte par un juge – l’opinion de la personne supposément pénalisée suffit pour imposer une correction sur n’importe quel site« .

« De fait, quiconque s’estime offensé par un contenu publié […], peut directement réclamer le retrait de ce contenu et son remplacement permanent par une version corrigée, visant à contredire et désapprouver le contenu supposément dommageable, indépendamment de la vérité de l’information considérée comme offensante et de ses sources » explique le message.

Une démarche qui met en péril Wikipédia

La communauté estime que cette démarche n’est pas bonne. Cela revient à demander à une victime (une personne s’estimant lésée) de déterminer seule le caractère préjudiciable d’un contenu en ligne et de décider seule si celui-ci doit être maintenu en ligne ou retiré. C’est contraire au principe de l’égalité de droit où l’estimation du caractère préjudiciable est considérée par un arbitre tiers et impartial, autrement dit un juge judiciaire.

Dans leur communiqué, les contributeurs de Wikimedia expliquent que l’objectif de la fondation n’est pas de remettre en question « la sauvegarde et la protection de la réputation de l’image et de l’honneur de quiconque« , déjà protégés par la loi italienne, mais de mettre en garde contre une « entrave [qui] va proprement paralyser notre méthode d’accès et d’édition horizontale, mettant de fait fin à son existence telle que nous l’avons connu jusqu’à aujourd’hui« .

« Nous souhaitons avertir nos lecteurs contre le risque résultant de la dépendance à la volonté arbitraire de quiconque désireux de maintenir son image et sa réputation. Avec de telles dispositions, les internautes cesseraient probablement d’aborder certains sujets ou de parler de certaines personnalités, juste pour éviter les problèmes« , conclut le message.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés