La prise de contrôle de Motorola Mobility par Google n'est pas encore totalement acquise. En effet, le département de la justice des États-Unis a demandé à la firme de Mountain View de nouvelles informations ayant trait à l'achat de la division mobile du groupe américain. Pour Google, c'est une procédure tout à fait habituelle. Un échec lui coûterait toutefois très cher.

Annoncé au mois d’août, lacquisition de Motorola Mobility, la branche mobile du groupe, constitue un véritable record pour Google. La firme de Mountain View a en effet mobilisé pas moins de 12,5 milliards de dollars pour cette opération, lui permettant de mettre la main sur un portefeuille de brevets considérable. Motorola Mobility possède 17 000 brevets délivrés et 7 500 autres titres de propriété intellectuelle.

Pour Google, la prise de contrôle de Motorola Mobility constitue tout simplement la plus grosse opération jamais réalisée. Au regard de la somme mobilisée, du secteur concerné (les télécommunications) et du nombre de brevets en jeu, il était donc normal que le département de la justice des États-Unis s’intéresse à cette acquisition. Un examen minutieux est donc en cours.

Sur son blog, Google se montre toutefois confiant. « Nous savons qu’une enquête poussée fait partie du processus et nous avons été en contact avec le département de la justice ces dernières semaines. Aujourd’hui (mercredi, ndlr), nous avons reçu ce qu’on appelle une ‘seconde requête’, ce qui signifie que le département demande davantage d’information afin qu’ils puissent continuer à examiner l’affaire« .

Pour la firme de Mountain View, c’est un évènement « tout à fait banal » et le groupe rappelle avoir déjà fait l’objet d’une seconde requête par le passé. Cela va toutefois ralentir le bouclage de l’opération, le temps que le département de la justice termine son enquête. Google considère qu’aucun souci ne sera décelé et que le secteur de la téléphonie mobile restera concurrentiel et dynamique.

En cas d’échec, la note risque d’être salée pour le géant de la recherche. Un document remis aux autorités de réglementation des activités boursières (SEC) et cité par CNN fixe à 20 % du total de la somme pour mettre la main sur Motorola Mobility le montant du dédommagement que Google devra verser à Motorola si l’opération ne peut pas aboutir. Cela représente 2,5 milliards de dollars.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés