En charge d'une mission sur l'amélioration et le renforcement de la relation numérique à l'usager, Franck Riester a remis un deuxième rapport à Valérie Pécresse. Quinze propositions issues du rapport seront soumises à consultation publique. On apprend par ailleurs que 160 sites web publics ont été regroupés ou supprimés afin d'améliorer la lisibilité de la présence en ligne de l'État.

Député de la Seine-et-Marne à l’Assemblée nationale, Franck Riester a été chargé l’an dernier de réfléchir à une stratégie de développement destinée à améliorer et renforcer la relation numérique à l’usager. L’ancien rapporteur de la loi Hadopi à la chambre basse du parlement a en particulier formulé 25 propositions articulées autour de trois piliers, dans le cadre de la modernisation des politiques publiques.

Près d’un an plus tard, Franck Riester et son groupe d’experts ont remis leur deuxième rapport à Valérie Pécresse, ministre du budget, des comptes publics et de la réforme de l’État. Souhaitant faire participer les Français sur ce dossier, le gouvernement compte soumettre 15 propositions du rapport sur le site Ensemble Simplifions afin de récolter les retours des uns et des autres.

Le gouvernement a également donné quelques informations chiffrées sur la rationalisation voulue par le gouvernement en matière d’administration en ligne. « 160 sites Internet publics ont été regroupés ou supprimés afin d’améliorer la lisibilité de la présence de l’État en ligne. Fin 2011, le volume des sites Internet de l’État aura été réduit de 50 %« .

« 76 % des démarches administratives les plus attendues par les usagers ont été dématérialisées » poursuit le site dédié à la modernisation, tandis que « 2,5 millions d’usages ont ouvert un compte sur mon.service-public.fr, le site des démarches en ligne« . Enfin, « la version mobile du portail de l’administration est désormais disponible » à cette adresse : m.service-public.fr.

Parallèlement aux pistes établies par le deuxième rapport du groupe d’experts conduit par Franck Riester, Valérie Pécresse a donné cinq priorités à respecter à la direction générale de la modernisation de l’État (DGME).

  • Développer, pour des services prioritaires, une aide personnalisée à l’usager en cours de démarche en ligne (téléphone, messagerie, chat).
  • Proposer à l’usager des sondages d’évaluation sur Internet ou sur mobile en fin de toute démarche administrative.
  • Lancer 5 projets pilotes sur les médias sociaux dans les domaines les plus pertinents pour l’usager (santé, services à la personne, éducation, emploi et culture).
  • Proposer une application mobile offrant à l’usager une liste d’échéances personnalisées et l’état d’avancement de ses démarches.
  • Permettre à l’usager de présenter à l’administration ses pièces justificatives via son mobile avec un flash code (avis d’imposition, facture d’électricité et télécoms).

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés