La Grande-Bretagne a beau être un pays d'exception pour l'industrie musicale, ça n'empêche pas ses pontes de porter plainte contre leurs clients. Cinq britanniques devront ainsi passer devant les tribunaux, payer frais de procédures et amendes, pour avoir téléchargé de la musique sur Internet.

Voici ce que nous écrivions le 24 août dernier :

L’industrie du disque britannique aura du mal à critiquer l’utilisation des réseaux P2P sur son île. La BPI (British Phographic Industry) a en effet annoncé que les ventes de musique au Royaume-Uni étaient à nouveau en hausse.

Alors que l’on croyait tous le CD single en fin de vie, voilà qu’il reprend des couleurs avec une augmentation de 6,4 %, pour la première fois en cinq ans. Les albums quant à eux ont connu une augmentation de 3,7 % au second trimestre 2004.

Treize des vingt best-sellers sur la période d’avril à juin 2004 ont été des CD deux-titres vendus à â£1,99, un tarif revu à la baisse et ce visiblement avec succès. Franz Ferdinand, Joss Stone, Jamie Cullum, Muse, Lostprophets ou The Darkness ont également permis de propulser les ventes d’artistes anglais en dehors du Royaume-Uni.

Avec le lancement en Angleterre de Napster et iTunes, la musique en ligne commence également à bien se comporter outre-manche, avec déjà plus de deux millions de titres vendus.

Malgré tout, la BPI renforce ses actions anti-pirates.

23 accords à l’amiable ont été passés entre des internautes accusés d’avoir partagé illégalement de la musique sur Internet, et la BPI, qui représente les intérêts de l’industrie du disque en Grande-Bretagne. Mais la BPI avait annoncé le depôt de 31 plaintes supplémentaires. Elle semble avoir commencé puisque cinq personnes auront prochainement à subir un procès, devant les tribunaux anglais.

Le but est d’encourager la montée des services payants en décourageants les jeunes anglais d’utiliser des services P2P qui ne rémunèrent ni les auteurs ni les producteurs. « Les mélomanes se dirigent de plus en plus vers les sites payants de téléchargement pour le large choix qu’ils proposent, leurs valeurs et leur commodité« , a ainsi déclaré Peter Jamieson, président de la BPI. « Mais nous ne pouvons pas tolérer ceux qui persistent à télécharger illégalement. Ils mettent à mal ces services légaux, nuisent à la musique et enfreignent la loi« .

La Grande-Bretagne est le pays au monde où les gens achètent le plus de CD. Il s’y vend en moyenne 2,9 albums par tête (hommes, femmes, enfants) et par an.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés