Les critiques à l'encontre du tarif social Internet sont infondées. C'est le message qu'a voulu faire passer Eric Besson mardi, en rappelant que certaines offres plus accessibles, comme l'abonnement Alice Initial à 9,99 euros par mois, ne couvrent pas tout le territoire. Or, le ministre rappelle que le dispositif du gouvernement doit concerner tous les Français.

En début de semaine, Éric Besson a levé un coin du voile sur le futur tarif social du net. À quelques jours de la signature d’une convention avec les fournisseurs d’accès à Internet français, le ministre de l’industrie et de l’économie numérique a annoncé que le montant de l’abonnement mensuel sera de 20 euros pour l’accès à Internet haut débit et la téléphonie fixe, plus 3 euros pour la box.

Un prix qui a immédiatement soulevé des critiques virulentes. Nombreux sont les internautes à considérer qu’un abonnement mensuel de 23 euros n’a rien de social hormis le nom, surtout lorsque d’autres offres sont proposées à des prix nettement plus bas. C’est par exemple le cas d’Alice Initial, qui propose un accès au haut débit pour un montant deux fois moins élevé.

Ainsi, pour 9,99 euros par mois, l’abonné a accès à une connexion pouvant aller jusqu’à 22,4 mégas et son abonnement intègre les appels vers les fixes en France métropolitaine et vers 60 destinations internationales. Pour compléter le tout, Alice propose en option l’accès à la télévision (60 chaînes) pour 1,99 euro par mois supplémentaire. Au total, l’abonné s’en sort pour moins de 12 euros.

Pour Eric Besson, la comparaison avec ces offres spéciales n’a pas lieu d’être. Dans un commentaire publié sur Facebook, le ministre explique que « ces offres existantes et aussi attractives que l’offre sociale sont limitées dans leur couverture géographique : seul un tiers environ des foyers peuvent bénéficier des offres de Numericable. Seuls deux tiers des foyers, situés en zones dégroupées, peuvent bénéficier de l’offre Alice Initial« .

« En dehors de ces zones, l’offre d’Alice est de 34,95 euros par mois. Or l’ensemble des Français doivent pouvoir bénéficier du tarif social, quel que soit leur lieu de résidence » termine le ministre. Autrement dit, le prix fixé par le tarif social doit pouvoir être accessible à tous et non pas à quelques privilégiés vivant en zones dégroupées. Quitte à être moins attractive à première vue que certaines offres spéciales, comme Alice Initial.

Quant à savoir si le dispositif voulu par le gouvernement sera une menace pour la concurrence, Eric Besson a précisé que les conditions définies par l’Autorité de la concurrence dans lesquelles ce tarif social pouvait être mis en œuvre exposent notamment l’absence de services audiovisuels dans l’offre sociale. Les offres triple play ne devraient donc pas être menacées, même si les abonnés pourront accéder à la TV directement en ligne, via par exemple les sites web des chaînes de télévision.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés