Google, dont l'action sur la place de New York dévisse depuis lundi, n'arrive pas à rassurer les investisseurs. Mais la firme ne semble pas non plus pressée de les rassurer...

L’annonce de l’acquisition de Motorola par Google pour 12,5 milliards de dollars laisse toujours aussi perplexe les investisseurs. Lundi, nous avions expliqué pourquoi la bourse a mal réagi à la nouvelle, en notant que l’opération rendait illisible la stratégie de la firme de Mountain View pour son système Android. Depuis, Google n’a rien fait pour préciser ses motivations qui grèvent un tiers de la trésorerie du groupe, et l’action continue de dévisser en bourse.

Depuis le 15 août, jour de l’annonce de l’intention de Google d’acheter Motorola Mobility, l’action de Google a perdu près de 5,5 % de sa valeur. Sur la même période, Apple (+ 0,92 %), Nokia (+ 10,63 %), RIM (+ 9,08 %), Microsoft (+ 0,58 %) sont tous en hausse. L’agence de notation Standard & Poors, désormais célèbre pour avoir dégradé la note des Etats-Unis, a confirmé le manque de visibilité sur la stratégie en expliquant mardi pourquoi elle dégradait aussi la note de Google :

Après un examen plus approfondi des intentions que Google a annoncé hier pour l’achat de Motorola Mobility (MMI), nous voyons un plus grand risque pour l’entreprise et l’action. Nous nous attendons à ce que la transaction soit consommée l’an prochain, mais plutôt à la fin qu’au début de l’année 2012, comme Google l’a indiqué. En outre, malgré le portefeuille de brevets étendu et précieux de MMI, nous ne sommes pas sûrs que cela protégera Android de problèmes de propriété intellectuelle. Nous croyons également que l’achat de MMI aurait un impact négatif sur la croissance, les marges et le bilan de Google.

Pas sûr que notre hypothèse folle sur les suites du rachat de Motorola les rassure…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés