La filiale de Google, qui a supprimé au nom du droit d'auteur une vidéo critique reprenant des images de TF1, a rejeté une contestation formulée par l'auteur du montage. Sans fournir d'explication précise.

Mercredi, nous rapportions qu’à la demande de TF1, YouTube avait supprimé une vidéo réalisée par le journaliste Bastien Hugues, dans laquelle il montait une centaine d’extraits des journaux télévisés de Jean-Pierre Pernaut, condensés en moins de 4 minutes. L’effet était saisissant pour constater à quel point le présentateur du 13H use et abuse des mêmes formules enthousiastes pour vanter l’objet des reportages des équipes du journal.

Comme nous l’expliquions alors, la demande de TF1 est très probablement illégale, puisqu’il existe en droit français une exception légale qui autorise « la parodie, le pastiche et la caricature« . Dès lors, la suppression de la vidéo par YouTube paraît abusive, ce qui a conduit Bastien Hugues à formuler une contestation en utilisant le formulaire disponible sur la plateforme. Celui-ci est très sommaire, puisqu’il comprend seulement les éléments d’identification du demandeur (nom, prénom, adresse e-mail, téléphone, adresse postale…), et un champ libre de 300 caractères maximum pour décrire le problème. Pour vous donner une idée, ce seul paragraphe fait déjà plus de 500 caractères.

Mais Bastien Hugues, qui nous assure avoir rempli consciencieusement l’ensemble du formulaire de contestation de YouTube, s’est vu refuser la remise en ligne de sa vidéo au motif que « les informations que vous nous avez fournies sont insuffisantes« . Le site de partage de vidéos n’explique pas ce qu’il manque dans la demande du journaliste, ce qui l’empêche de faire une nouvelle contestation éventuellement plus précise…

La vidéo, en revanche, est toujours visible sur Dailymotion.

Un très mauvais point pour Google et sa filiale.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos