La police a procédé lundi à l'arrestation d'un Britannique de 19 ans, considéré comme le cerveau du groupe de hackers LulzSec. Ce collectif s'est rendu célèbre ces dernières semaines en lançant des attaques par déni de service distribuées contre Sony, la CIA ou encore le Sénat américain. De nombreuses informations personnelles ont été dérobées dans le même temps.

Sony, le Sénat américain ou encore la CIA… depuis son apparition le mois dernier, le groupe de hackers LulzSec a lancé des attaques informatiques sur de multiples cibles, comprenant aussi bien des entreprises privées que des institutions gouvernementales. Si toutes les tentatives n’ont pas abouti, une partie d’entre elles a permis à LulZsec de dérober de très nombreuses informations personnelles.

Il n’en fallait pas moins pour que les autorités réagissent. La chaîne de télévision Sky News indique qu’une opération de police a eu lieu lundi dans le comté d’Essex, au nord-est de Londres. D’après Sky News, le FBI et Scotland Yard ont ouvert une enquête immédiatement après la tentative de piratage du site de la CIA. Des unités sont ensuite intervenues dans la ville de Wickford, où un Britannique a été interpellé.

Présenté comme le cerveau de LulzSec, le suspect est âgé d’à peine 19 ans. D’après les premiers éléments communiqués par Scotland Yard, la police procède à l’inspection de son matériel informatique tandis que le jeune Britannique est actuellement interrogé à Londres, selon les dispositions du Computer Misuse Act et du Fraud Act. Selon Sky News, l’hypothèse d’une extradition vers les États-Unis ne peut pas être écartée pour l’instant.

« L’arrestation fait suite à une enquête sur des intrusions réseau et attaques par déni de service distribuées contre un certain nombre d’entreprises internationales et des agences de renseignement par ce qui semble être le même groupe de hackers » a commenté un porte-parole de Scotland Yard.

Sur le compte Twitter de LulzSec, le démenti n’a pas tardé. Le groupe semble ne pas connaître l’individu qui a été arrêté lundi par la police britannique. L’absence de liens entre LulzSec et le Britannique de 19 ans n’est pas sans rappeler le cas Anonymous. On a déjà vu plusieurs internautes se faire arrêter dans le passé, au prétexte qu’ils étaient des cerveaux du mouvement, alors qu’ils n’avaient aucune fonction dirigeante.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés