Le site allemand Kino.to a été fermé suite à une opération de police en Allemagne impliquant plusieurs officiers européens. Le site était spécialisé dans l'indexation de liens et n'hébergeait pas lui-même les fichiers signalés par les internautes. Kino.to était considéré comme l'un des pires sites de piratage au monde par la MPAA.

Fin de parcours pour Kino.to. Le site allemand spécialisé dans l’indexation de liens vient d’être mis à terre suite à une opération de police paneuropéenne. La fermeture du site, qui a impliqué des officiers allemands, espagnols, français et néerlandais, est intervenue sur mandat du procureur général de Dresde. Treize personnes ont été arrêtées et une quatorzième est activement recherchée, rapporte Torrentfreak.

Désormais, le site affiche un message d’avertissement indiquant que le domaine du site a été fermé dans le cadre de la lutte anti-piratage. Il est également précisé que « plusieurs opérateurs de Kino.to ont été arrêtés » suite à l’opération de police et que « les internautes qui ont piraté ou distribué illégalement des copies de films pourront être poursuivis en justice« .

Contrairement à d’autres sites, Kino.to n’hébergeait pas directement les fichiers des internautes. Le site se limite à l’indexation des liens publiés par ses membres. Autrement dit, Kino.to estimait que son travail le rapprochait davantage de Google que d’une plate-forme stockant elle-même les contenus licites ou non des internautes. Un détail qui n’a manifestement pas freiné l’action du procureur général de Dresde.

Kino.to était l’un des sites les plus populaires dans la communauté germanophone, avec un afflux de visiteurs quotidiens estimé à 4 millions. Kino.to était classé dans le Top 100 des sites les plus visités en Allemagne, en Autriche et en Suisse. Le grand succès de Kino.to avait cependant conduit la MPAA, l’association chargée de défendre les intérêts de l’industrie cinématographique, à considérer Kino.to comme l’un des pires sites pirates du monde.

Dans un commentaire, la MPAA indique que le site a facilité la mise à disposition de contenus piratés en allemand et dans d’autres langues, notamment des films et des séries TV. Plus de 300 000 programmes TV et 66 000 films sont concernés, a assuré l’association américaine. En parallèle, le procureur général de Dresde a affirmé dans un communiqué que les administrateurs de Kino.to ont gagné des « millions d’euros« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés