Suite au vote de l'ICANN, les premiers sites web dotés d'un domaine de premier niveau .xxx commencent à apparaître. La société ICM Registry, qui gère le .xxx, affirme avoir reçu plus de 600 000 demandes de réservation. Mais si l'ICANN a validé le domaine, celui-ci divise toujours l'industrie pornographique et suscite l'hostilité de plusieurs États.

Un mois après le vote favorable de l’ICANN en faveur de la création d’un domaine .xxx destiné aux espaces pour adultes, les premiers domaines commencent à apparaître sur le web. Depuis quelques heures, les sites porn.xxx et sex.xxx sont actifs même s’ils n’hébergent pour le moment aucun contenu pornographique. La société ICM Registry, qui a bataillé pendant des années pour obtenir la création du .xxx, dispose aussi de sa propre adresse.

« Un nom de domaine exclusif aux divertissements pour adultes a l’avantage de permettre un meilleur contrôle sur les contenus et, par ailleurs, pour chaque page qui sera ajouté au domaine nous allons donner 10 dollars pour financer des initiatives visant à protéger les enfants » avait justifié ICM Registry l’an dernier. En charge de la gestion du domaine de premier niveau, la société compte vendre chaque domaine à un prix minimal de 60 dollars.

L’affaire est donc très juteuse pour ICM Registry, qui a annoncé sur Twitter avoir reçu plus de 600 000 demandes de réservation. Si de nombreuses sociétés souhaitent acquérir un .xxx, d’autres sont résolument contre l’arrivée de ce domaine de premier niveau. C’est le cas d’une regroupement de professionnels, la Free Speech Coalition. Selon eux, le .xxx va entraîner plusieurs difficultés dans la profession.

Ce n’est pas le seul souci. Plusieurs États risquent de prendre des mesures de coercition contre le .xxx. L’Inde devrait être l’un des premiers pays à filtrer au niveau des FAI ce nouveau domaine de premier niveau, au motif que cela heurte la culture et la morale indiennes. Dans cette chasse aux contenus pour adultes, l’Inde sera très certainement aidée par des nations du Moyen-Orient et d’Asie.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés