La création du .xxx, validée la semaine dernière par l'ICANN, continue à faire des remous. Alors que l'industrie pornographique reste divisée sur ce sujet, l'Inde devrait vraisemblablement être l'un des premiers pays au monde à bloquer les sites se terminant par cette extension. De nombreux autres États devraient faire de même, en particulier au Moyen-Orient et en Asie.

L’Inde, souvent considérée comme la plus grande démocratie du monde, sera-t-elle la première nation à bloquer le tout nouveau domaine .xxx ? Interrogé par The Economic Times, un haut fonctionnaire a confirmé que l’Inde va effectivement chercher à bloquer tous les sites dont l’extension se terminera par .xxx. La semaine dernière, l’ICANN avait validé sa création suite à un vote particulièrement serré.

« L’Inde, aux côtés de l’Indonésie et de nombreux autres pays du Moyen-Orient, est opposée à l’octroi de ce domaine de premier niveau, et nous allons procéder à un blocage général, car cela va à l’encontre des lois indiennes en matière de télécommunications » a expliqué un fonctionnaire. « Pour certaines nations, la distribution d’un tel contenu va à l’encontre de leur culture et de leur morale » a-t-il ajouté.

Le blocage voulu par l’Inde ne se limitera pas au .xxx. En effet, l’industrie pornographique est elle-même divisée sur ce domaine de premier niveau et il est fort probable que de nombreuses sociétés continueront leurs activités avec des domaines plus traditionnels (.com, .net ou .in pour l’Inde). Dans ce cas, les autorités indiennes ne procéderont pas un blocage général mais interviendront au cas par cas. Cela risque de prendre beaucoup de temps…

Selon le code pénal indien, cité par The Economic Times, la distribution de contenus pour adultes est illégale. Néanmoins, visualiser de tels contenus n’est pas interdit. C’est pourquoi les autorités indiennes visent directement les diffuseurs de contenus pornographiques, c’est-à-dire les sites Internet, sans s’attaquer aux consommateurs (les internautes indiens).

Créé lors du 40ème sommet de l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers, le .xxx a longtemps divisé le comité consultatif gouvernemental (Governmental Advisory Committee – GAC), un organe de l’ICANN dont les membres sont les représentants de nombreux pays du monde.De nombreux États se sont déclarés hostiles au .xxx, arguant qu’un tel domaine heurte leur sensibilité.

Parmi les membres du GAC, on peut raisonnablement penser que des pays comme l’Arabie saoudite, l’Iran, l’Afghanistan, la Chine, Cuba, la Birmanie ou encore la Syrie procéderont un blocage méthodique du .xxx. Ce domaine devrait être disponible au cours du deuxième trimestre de cette année.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés