Les sénateurs John Kerry et John McCain ont déposé une proposition de loi visant à instaurer un véritable droit à la confidentialité. Les deux anciens prétendants à la présidentielle veulent un texte équilibré entre les intérêts des internautes et ceux des publicitaires. Les associations américaines ont cependant critiqué la proposition, estimant qu'elle n'était pas assez favorable aux Américains.

Le droit à la confidentialité sera-t-il bientôt inscrit dans la loi américaine ? Deux anciens prétendants à la présidentielle, John Kerry et John McCain, ont présenté une proposition de loi (.pdf) destinée à créer une charte du droit à la confidentialité des internautes. Les deux sénateurs veulent que les sociétés collectant des données personnelles offrent également aux internautes le moyen d’y échapper.

« Protéger les informations personnelles et privées des Américains est vital pour que l’ère de l’information réalise toutes ses promesses. Les Américains ont le droit de décider comment leurs informations sont collectées, utilisées et distribuées, et les entreprises méritent de fonctionner avec la certitude qu’apportent des règles claires » a expliqué John Kerry dans des propos repris par l’AFP.

Soutenue par John McCain, la proposition de loi a soulevé une certaine inquiétude chez diverses associations de défense de la vie privée. Assurant ne pas pouvoir soutenir le texte en l’état, ces associations (Consumer Action, Consumer Watchdog, Privacy Times, Center for Digital Democracy et Privacy Rights Clearinghouse) souhaitent que le texte soit « nettement renforcé« .

La loi présentée par John Kerry et John McCain survient un mois après l’audition de Lawrence Strickling, secrétaire adjoint au commerce, par des membres du Congrès. Lawrence Strickling a défendu le principe d’une charte destinée à préserver la confidentialité des données personnelles. Il a également plaidé pour l’implication de la commission fédérale du commerce (FTC) pour établir ce document.

Dans ce domaine, les éditeurs de navigateurs web joueront un rôle essentiel à travers le programme Do Not Track (DNT). Préparé avec une cinquantaine d’organisations, ce programme a vu ses spécifications standardisées par le W3C et l’IETF. La fonctionnalité DNT a ainsi été déployée dans Firefox 4 et dans Internet Explorer 9.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés