Afin de délimiter la manière dont les données personnelles sont collectées par les entreprises, le gouvernement américain a demandé au Congrès de se pencher sur une charte du droit à la confidentialité. Avec l'aide de la FTC, elle doit déterminer les règles en la matière afin de protéger davantage les internautes américains sans pour autant pénaliser le commerce en ligne. Un équilibre difficile à obtenir ?

Les efforts pour réguler la collecte de données personnelles sur Internet se sont accélérés ces dernières semaines. Tandis qu’en France les pouvoirs publics envisagent d’encadrer plus fermement la publicité ciblée, les États-Unis réfléchissent à l’élaboration d’une charte du droit à la confidentialité, afin de limiter la collecte de données personnelles par les éditeurs de services en ligne.

« La collecte, l’analyse et le stockage à grande échelle d’informations personnelles sont de plus en plus au centre de l’économie d’Internet. Ces activités contribuent à rendre l’économie en ligne plus efficace et permettent aux entreprises de mieux répondre aux besoins des consommateurs » a déclaré Lawrence Strickling, secrétaire adjoint au commerce, lors d’une audition avec les élus américains.

Néanmoins, « ces pratiques suscitent également un malaise croissant chez les consommateurs, qui ne sont pas sûrs de la façon dont les données sur leurs activités et leurs transactions sont collectées, utilisées et stockées » a-t-il poursuivi. En conséquence, à la demande du gouvernement américain, le Congrès va devoir se prononcer sur cette charte destinée à protéger davantage les internautes des grandes entreprises.

Pour donner corps à ce projet, Lawrence Strickling a plaidé pour l’implication de la commission fédérale du commerce (FTC) afin qu’elle détermine les règles de cette charte. Cette participation s’inscrit dans les travaux déjà menés par la commission sur ce sujet, en particulier le ciblage comportemental. L’an dernier, Le président de la FTC avait manifesté son intérêt pour l’idée d’une extension installée sur le navigateur web.

En la matière, les principaux éditeurs se sont d’ores et déjà mis au travail. La fondation Mozilla propose par exemple de limiter la publicité intrusive au cours d’une session de navigation, sans pour autant affecter les autres contenus publicitaires visibles sur le net. Par ailleurs, le W3C organisera fin avril une réunion sur la confidentialité sur Internet et le ciblage comportemental.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés