S'il ne dit rien de la coupure de sites internet sur simple décision administrative, l'argumentaire UMP sur la loi Loppsi défend l'idée que la sécurité ne s'obtient que par le renforcement des sanctions à l'encontre de ceux qui en abusent.

Après la censure partielle de la loi Loppsi par le Conseil constitutionnel, l’UMP a envoyé à ses troupes un « argu flash » révélé par le chroniqueur web d’Europe 1 Guy Birenbaum, qui permet aux élus et aux militants de la majorité de défendre le texte publié aujourd’hui au Journal Officiel. Le document dont nous avons obtenu une copie PDF (voir également ci-dessous) minimise l’impact de la sentence des sages en rappelant que « moins de 10 % des dispositions ont été invalidées (13 dispositions ont sur les 142 que contient la loi) alors que l’aggravation des sanctions pénales des principaux crimes et délits, dont nos concitoyens sont victimes, est confirmée« .

Le texte ramasse en trois pages toute la vision sécuritaire de l’UMP, résumée en six axes :

  • Renforcement des sanctions pénales ;
  • Renforcement de la vidéosurveillance (rebaptisée « vidéoprotection » dans une déformation linguistique censée faire oublier que la vidéo ne protège pas mais espionne et/ou déplace la délinquance) ;
  • Renforcement de l’utilisation de fichiers policiers ;
  • Renforcement des contrôles dans les transports publics ;
  • Renforcement du régime d’interdiction de stade ;
  • Renforcement des sanctions à l’encontre des « délinquants de la route ».

Bien qu’il s’agisse d’un sujet qui a fait beaucoup polémique, la possibilité de bloquer des sites internet sans contrôle judiciaire n’est pas évoquée dans l’argumentaire de l’UMP, alors qu’elle a été validée par le Conseil Constitutionnel. L’UMP aurait pu s’en glorifier, puisqu’elle a expliqué qu’il s’agissait là aussi de protéger les internautes contre eux-mêmes. Mais peut-être est-ce le signe d’une influence de Benjamin Lancar, qui veut changer l’image du parti majoritaire sur Internet, et se faire discret sur cette mesure.

Dans le message accompagnant l’argumentaire et dont nous avons eu connaissance, le président Jean-François Copé résume en une phrase toute la philosophie UMP, qui vaut aussi bien pour la Loppsi que pour l’Hadopi : « Vous le savez, mes chers amis, la sanction est la meilleure des préventions, et je compte sur votre soutien pour défendre notre politique de lutte contre l’insécurité sur le terrain« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés