Aux États-Unis, un juge a décidé de restreindre la plainte d'une société de films pornographiques à un seul accusé. À l'origine, le studio avait porté plainte contre 7 098 internautes pour avoir téléchargé illégalement une parodie pornographique de Batman.

Les objectifs de l’industrie pornographique contre le piratage vont devoir être revus à la baisse. En effet, un juge américain a décidé la semaine dernière de réduire drastiquement la portée de la plainte d’Axel Braun Productions. Le studio avait déposé plainte le 29 octobre dernier contre 7 098 internautes pour le piratage de « Batman XXX : A Porn Parody » sur le réseau BitTorrent.

La décision du juge, datée du 23 décembre, ne met pas fin pour autant à la plainte. Cependant, 7 097 accusés sur 7 098 ont été écartés de la procédure en cours. Le magistrat américain, John Preston Bailey, a motivé sa décision en expliquant que le regroupement des 7 098 internautes en une seule et même plainte n’avait pas de sens dans la mesure où les actes des défendeurs n’étaient pas liés les uns aux autres.

Désormais limitée à un seul accusé, la plainte ne devrait plus rencontrer d’obstacles particuliers. Auparavant, les fournisseurs d’accès à Internet avaient mis en garde contre les demandes massives d’identification des adresses IP. Time Warner Cable avait expliqué lors d’une autre affaire qu’une seule vérification d’adresse IP coûtait près de 45 dollars (environ 32 euros).

Au-delà de la question du coût de l’identification, la tactique des plaintes massives est loin d’avoir prouvée son efficacité. L’association en charge de défendre les intérêts du disque aux États-Unis, la RIAA, a pendant cinq ans poursuivi de nombreux internautes. Malgré quelques affaires retentissantes, cette méthode n’a pas permis de réduire significativement le piratage.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés