L'affaire des iPhone fissurés semble toucher à sa fin. L'un des utilisateurs qui a vu son écran d'iPhone se briser lors d'une conversation téléphonique a indiqué aujourd'hui au Figaro que la justice ne nommera pas d'expert judiciaire. Apple avait fait appel l'an dernier pour s'y opposer.

C'est sans doute le point final de l'affaire des écrans d'iPhone fissurés. D'après une information du Figaro, la justice ne désignera pas d'expert judiciaire indépendant pour enquêter sur la dizaine d'incidents recensés l'an dernier en France. La cour d'appel d'Aix-en-Provence a rendu un arrêt le 23 septembre dernier dans lequel elle donne raison à Apple.

L'entreprise américaine s'opposait en effet à cette expertise indépendante. L'an dernier, Apple avait fait appel du jugement en première instance rendu par le tribunal de commerce de Cannes. L'entreprise avait mené ses propres analyses dans un laboratoire aux États-Unis. La firme de Cupertino craignait de voir émerger un scénario dans lequel l'iPhone apparaîtrait comme défectueux.

Il faut dire que la pression sur Apple était importante. L'Union européenne, par la voix de sa commissaire en charge des consommateurs, avait mis en garde Apple. "Des incidents ont été signalés cet été (en 2009, ndlr) dans trois États, la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne. Des analyses sont en cours. Si un de ces pays déclare que ces produits sont dangereux, je demanderai leur retrait" avait-elle déclaré.

En France, la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) s'était également penchée sur l'affaire des écrans d'iPhone fissurés. "Il y a une enquête en cours, nous nous sommes saisis du problème et nous regardons ça de près" avait indiqué l'un des responsables de la DGCCRF.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés