L'expert en spywares Benjamin Edelman a été consulté par LimeWire pour conduire une étude sur les logiciels espions et autres saletés installées sur les logiciels de P2P commerciaux. Parmi cinq des logiciels les plus téléchargés sur Download.com, seul LimeWire n'en comporte aucun.

L’étude porte sur cinq logiciels considérés comme commerciaux et qui figurent parmi les plus téléchargés sur le portail Download.com de CNet : eDonkey, iMesh, Kazaa, LimeWire et Morpheus.

Edelman ne se contente pas de regarder quels sont les adwares et spywares installés avec chacun d’entre eux. Il analyse les licences et conditions générales affichées avant l’installation, leur qualité, et leur sincérité ; il liste également quels sont les moyens qui permettent à l’utilisateur de savoir que des logiciels tiers seront installés.

Sans surprise, Kazaa est le mauvais élève, avec sept programmes partenaires, dont quatre ne sont pas optionnels (Cydoor, GAIN, Instafinder, My Search Toolbar) et deux (des icônes de bureau) ne sont dévoilés que dans le contrat d’installation. La licence est d’ailleurs d’une complexité affligeante, avec de multiples contrats placés en un seul, des références vers des contrats externes sans lien hypertexte et une lisibilité rendue des plus difficiles par le formattage choisi.

iMesh est est légèrement meilleur, mais installe une barre d’outils (AskJeeves) sans jamais l’indiquer, si ce n’est dans les conditions générales qui ne font jamais apparaître le mot « toolbar ».

De plus en plus populaire, eDonkey est un peu plus honnête avec ses clients, mais est loin d’être parfait. Les quatre programmes partenaires (Webhancer, GloPhone, Web Search Toolbar, New.net) sont tous proposés en option à l’installation, rien n’étant mis sans l’aval de l’utilisateur. Cependant les conditions générales sont placées dans une toute petite fenêtre très désagréable à lire, et l’utilité (ou l’inutilité) de New.net n’est jamais décrite.

Morpheus s’est beaucoup amélioré, mais son partenaire DirectRevenue, installé d’office et mentionné uniquement dans la licence d’utilisation, est une véritable plaie.

Finalement, seul LimeWire s’en tire très bien. On pourra tout juste lui reprocher l’absence totale de licence à l’installation ; mais aucun programme tiers n’est installé ni même proposé. La seule publicité présente sur le logiciel est pour LimeWire lui-même, qui vend une version Pro (18,88 $) plus rapide que la version Basic. On comprend pourquoi la société a commandé cette étude. De tous, c’est le seul qui peut véritablement s’affirmer « 100 % Adware/Spyware Free ».

« LimeWire est une technologie pure de partage de fichiers, sans spyware ni adware, et nous avons vu notre base d’utilisateurs grossir considérablement grâce à cela« , précise Greg Bildson à p2pnet.net. Le responsable de LimeWire semble ainsi indiquer que l’on peut avoir un modèle économique rentable dans les logiciels de P2P sans pour autant tromper ses clients ou les obliger à subir les programmes de partenaires.

Il faut dire que LimeWire est en concurrence directe avec les logiciels de P2P libres, par essence dépourvus de tout spyware, tels que BitTorrent, eMule ou Shareaza.

Télécharger LimeWire :

LimeWire 4.8.1

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés