Amazon explique qu'il a décidé d'interrompre l'hébergement de Wikileaks parce que les cables diplomatiques publiés n'appartiennent pas à son ancien client, et parce qu'il estime que les documents peuvent mettre en danger la vie d'autrui.

Mercredi, dans un premier temps, Amazon avait refusé de donner des explications au fait qu’il n’hébergeait plus le site Wikileaks. Nous avons toutefois relevé que le marchand en ligne, qui propose ses services d’hébergement, avait fait l’objet de pressions à la fois politiques et commerciales. « Toujours délicates aux Etats-Unis dès qu’il s’agit de protéger l’armée et la sécurité de la nation« , écrivions-nous.

Jeudi, Amazon s’est finalement expliqué, dans un billet de blog qui vu de France paraît extrêmement étonnant, à la fois dans sa sincérité brute du propos et dans le précédent qu’il risque de créer pour les activités d’hébergement. S’il nie avoir agi sous la pression des autorités publiques, Amazon reconnaît sans rougir que sa décision de mettre fin au contrat de Wikileaks a été prise pour des motifs politiques et juridiques (les mises en gras sont de nous) :

Amazon Web Services (AWS) loue des infrastructures informatiques sur une base de libre-service. AWS ne fait pas de présélection de ses clients, mais il a des conditions de service qui doivent être suivies. Wikileaks ne les a pas suivies. Plusieurs parties ont été violées. Par exemple, nos conditions de service stipulent que « vous déclarez et garantissez que vous possédez ou alors contrôlez tous les droits sur les contenus (…), que l’utilisation du contenu que vous fournissez ne viole pas cette politique et ne causera aucun dommage à toute personne ou entité« . Il est clair que Wikileaks ne possède ou ne contrôle pas tous les droits sur ce contenu classifié. En outre, il n’est pas crédible de croire que l’extraordinaire volume de 250.000 documents classifié que Wikileaks publie puisse avoir été soigneusement expurgé d’une manière telle qu’ils ne mettaient pas de personnes innocentes en danger. Des organisations de défense des droits de l’Homme ont écrit à Wikileaks pour leur demander de faire preuve de prudence et de ne pas divulguer le nom ou l’identité des défenseurs des droits de l’Homme qui pourraient être persécutés par leurs gouvernements.

Nous proposons AWS depuis quatre ans et nous avons des centaines de milliers de clients qui stockent tous types de données sur AWS. Certaines de ces données sont controversées, et cela nous va très bien. Mais lorsque des entreprises ou des gens veulent sécuriser et stocker de grandes quantités de données qui ne sont pas légitimement les leurs, et lorsqu’ils les publient sans s’assurer que ça ne portera pas préjudice à d’autres, il s’agit d’une violation de nos conditions d’utilisation, et les gens doivent aller opérer ailleurs.

Tous les hébergeurs ont des clauses dans leurs contrats qui interdisent l’utilisation de leurs services pour tels ou tels motifs qui contreviennent à la loi. Mais il est de coutume chez les hébergeurs de ne quasiment jamais les appliquer, pour garder un degré de neutralité vis à vis de leurs clients. Ils préfèrent laisser la justice leur ordonner la suspension du service, ou le faire après une notice en bonne et due forme du caractère illicite du contenu qu’ils hébergent. Or dans ce cas précis Amazon a agi de son propre chef.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés