Au troisième trimestre 2010, l'Arcep note que les abonnements Internet à très haut débit concerne désormais 420 000 foyers. La fibre optique représente un peu plus de 100 000 de ces accès à Internet.

Le développement des accès à Internet en très haut débit progresse lentement, mais au moins il progresse ! Tel pourrait être le résumé du dernier observatoire trimestriel publié par l’Arcep sur le haut et le très haut débit sur réseaux fixes. D’après l’autorité de régulation des télécoms, le nombre d’abonnements en très haut débit a atteint 420 000 à la fin du troisième trimestre de cette année.

Dans le détail, la fibre optique en France représente à peine plus d’un cinquième de l’ensemble des abonnements en très haut débit, avec 100 000 foyers concernés. « Le rythme de croissance est d’environ 10 000 par trimestre. La totalité de cette croissance est liée à celle des abonnements en fibre optique jusqu’à l’abonné » indique l’Autorité des télécoms.

À l’inverse, il y a « 320 000 autres abonnements très haut débit, dont les accès en fibre optique avec terminaison en câble coaxial. Leur nombre s’accroît de 45 000 environ sur le trimestre« . Au total, 55 000 nouveaux abonnements en très haut débit ont été souscrits entre le mois de juillet et le mois de septembre. La barre du demi-million de Français raccordés en très haut débit est désormais à portée.

Dans le domaine de la fibre optique, la France ne brille pas particulièrement par rapport aux autres pays européens. Une étude menée par le FTTH Council Europe et l’institut IDATE avait souligné le faible taux de pénétration de la fibre optique dans l’Hexagone, avec 1,46 % pour le mois de juin 2010. La France s’est ainsi retrouvée à la quinzième place d’un classement qui en compte dix-sept.

Le développement du très haut débit devrait néanmoins prendre de l’ampleur dans les années à venir. Soutenu par une enveloppe de deux milliards d’euros tirée du grand emprunt, le plan gouvernemental actuel prévoit de raccorder 70 % de la population en très haut débit d’ici 2020. En 2025, l’objectif sera de connecter 100 % des foyers français.

En France, une connexion se range dans la catégorie « très haut débit » lorsque son débit crête descendant dépasse les 50 Mbit/s et le débit crête remontant atteint au minimum 5 Mbit/s.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés