Une semaine après le lancement de Street View en Allemagne, la polémique ne s'arrête pas. Quelques incidents isolés sont survenus cette semaine dans la ville d'Essen. Des ?ufs ont été lancés contre les façades des bâtiments floutés. Une affaire embarrassante pour Google, après la controverse sur la collecte des données WiFi.

C’est un soutien dont Google se serait bien passé. Visiblement mécontents de voir que Street View ne peut pas déployer son plein potentiel à cause des mesures de floutage masquant certaines habitations allemandes, des individus non identifiés ont décidé de lancer des œufs contre les façades des bâtiments concernés par ce dispositif.

D’après le Deutsche Welle, les jets d’œufs n’auraient eu lieu que dans la ville d’Essen, Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Plusieurs habitations auraient ainsi été dégradées et des messages ont été laissés dans certaines boîtes aux lettres, expliquant que « Google est cool« . L’acte, visiblement isolé, a néanmoins mis la firme américaine dans l’embarras.

La porte-parole de Google Allemagne, Lena Wagner, a évidemment assuré que la compagnie prenait complètement ses distances avec le ou les responsables de ces jets d’œufs et a rappelé que Google respectait totalement le choix des Allemands souhaitant masquer la façade de leur maison. Une attaque qui illustre malgré tout les tensions autour de l’arrivée de Street View en Allemagne.

En mars dernier, une voiture utilisée dans le cadre de Street View avait déjà été vandalisée en Allemagne. Les pneus de la voiture avaient été dégonflés, tandis que les câbles des caméras avaient été sectionnés. Un mot avait été laissé sur le pare-brise du véhicule, invitant le conducteur à ne pas prendre le volant dans la mesure où la voiture était à plat.

La polémique sur Street View avait même donné lieu à une petite passe d’armes entre la firme américaine et le ministère allemand en charge de la consommation. Ce dernier avait estimé que plus les demandes de floutage allaient excéder le seuil des 200 000, un nombre contesté par Google qui a indiqué que celui-ci serait certainement sous la barre des 100 000.

En début d’année, une autre controverse était apparue autour de Google Street View. Le commissaire fédéral allemand en charge de la protection des données personnelles avait jeté un pavé dans la mare en avril dernier, en révélant que Google capturait les noms des réseaux WiFi et les adresses MAC. Devant le tollé, la firme américaine avait été obligée de rappeler ses véhicules et de se soumettre aux exigences des CNIL du monde entier.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés