Un internaute américain a déposé plainte contre Google. Il accuse la société américaine d'analyser le contenu des emails échangés avec un compte Gmail. L'entreprise indique que le scan vise essentiellement à bloquer le spam et les virus. Des bannières publicitaires sont aussi positionnées pour garder le service gratuit.

Google enfreint-il la vie privée des internautes en scannant le contenu des emails échangés depuis un compte Gmail ? C’est en quelque sorte la question posée par un Américain qui a déposé une plainte contre le géant américain. Il accuse Google de violer l’Electronic Communications Privacy Act, une loi adoptée en 1986 et encadrant la protection de la sphère privée lors d’une communication électronique.

Dans sa plainte, le demandeur accuse Google d’analyser sans aucune autorisation le contenu des courriers électroniques afin d’y glisser des contenus publicitaires. Désireux de transformer son action en justice en recours collectif, afin de lui donner plus de poids, le plaignant exige que Google cesse l’analyse des emails, rembourse les bénéfices réalisés grâce au scan et demande au tribunal d’astreindre l’entreprise à une pénalité pouvant s’élever à 10 000 dollars par jour de retard.

Assurant ne pas avoir reçu formellement de notification sur cette action en justice, un porte-parole de la firme a néanmoins rappelé que « Gmail – comme la plupart des fournisseurs de webmail – utilise un scan automatique pour combattre le spam et les virus. Nous utilisons une technologie similaire pour afficher des publicités qui aident à garder nos services gratuits. C’est de cette façon que Gmail a toujours fonctionné« .

Cette question de l’analyse des contenus n’est pas nouvelle et, dans le cas de Google, elle revient systématiquement à chaque lancement d’un nouveau service. Fin août, l’entreprise américaine avait lancé une nouvelle fonctionnalité pour les utilisateurs nord-américains de Gmail. Ces derniers peuvent désormais effectuer des appels téléphoniques directement depuis l’interface de messagerie, grâce à son service de voix sur réseaux IP (VoIP).

Nous avions alors imaginé, si les contraintes juridiques et éthiques étaient écartées, les grandes opportunités qu’un tel système pourrait offrir à Google, en particulier dans le domaine de la publicité ciblée. L’entreprise américaine a prouvé par le passé qu’elle peut analyser en temps réel les voix pour les retranscrire en texte dans ses bases de données.

Elle le fait en particulier sur YouTube, pour le sous-titrage ou la traduction, et pour les messages vocaux reçus dans Google Voice, afin que l’utilisateur garde une trace de ses conversations et puisse ensuite explorer ses archives. Sur la question de la transcription, la politique en matière protection de la vie privée indique qu’une analyse est effectuée pour « délivrer des liens en rapport« .

En ce qui concerne Gmail, The Register note que les règles de confidentialité du service expliquent que « l’utilisation de Gmail n’enfreint pas la confidentialité des émetteurs dans la mesure où nul autre que le destinataire est autorisé à lire le contenu des emails, et nul autre que le destinataire voit les annonces ciblées et des informations connexes« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés