Selon Electron Libre, Max Gallo pourrait devenir le prochain ministre de la Culture lors du remaniement ministériel. Connu pour son oeuvre littéraire impressionnante, riche de près de 100 livres, l'historien est aussi l'époux à la ville de Marielle Gallo, connue pour son rapport au Parlement européen sur la protection des droits d'auteur sur Internet.

Selon le journaliste Emmanuel Schwartzenberg du site Electron Libre, le prolifique écrivain et historien Max Gallo pourrait succéder à Frédéric Mitterrand au ministère de la Culture. « Le Président de la République envisage de remplacer Frédéric Mitterrand par l’écrivain niçois afin de renouer les fils avec les milieux catholiques comme avec le monde intellectuel« , écrit-t-il. Max Gallo est réputé pour son attachement à la droite traditionaliste, républicaine et catholique. « Le Président de la République le souhaite autant par conviction personnelle – c’est le premier Président qui revendique sa pratique religieuse – que par nécessité« .

Si la nomination de Max Gallo souffrirait guère de contestation par son pédigrée et ses compétences intrinsèques, sa situation maritale suscitera plus de controverse.

L’homme est en effet marié à la députée européenne Marielle Gallo, qui a fait adopter au Parlement Européen son rapport extrêmement réactionnaire sur la protection des droits de propriété intellectuelle, qui a brouillé les cartes. Il suffit de se rendre sur son site Internet pour voir que le piratage est sa grande préoccupation.

Ministre de la Culture, Max pourra-t-il s’opposer à Marielle lorsqu’il faudra exprimer officiellement la position française sur l’ACTA, que le rapport Gallo appelait à soutenir ? Même si la question est purement rhétorique, puisque Max Gallo serait dans la lignée de ses prédécesseurs, le conflit d’intérêts demeure sur le principe.

D’autres directives importantes sur le droit d’auteur, comme l’IPRED2, attendent des négociations européennes. Le potentiel ministre aurait aussi en charge le sort de la riposte graduée, également soutenue par le rapport Gallo, qui demande une modification du droit communautaire « en s’inspirant des expériences nationales« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés