Lors de la présentation des résultats d'Apple, Steve Jobs a indiqué que son entreprise disposait d'un trésor de guerre suffisamment conséquent pour saisir des opportunités stratégiques. Et si l'une d'entre elles était le rachat de Facebook ?

Et si Apple rachetait Facebook ? L’idée semble particulièrement saugrenue, mais elle est pourtant évoquée avec sérieux par le blog MediaMemo du site AllThingsDigital. L’auteur, Peter Kafka, a rappelé que lors de la présentation des résultats de l’entreprise pour le quatrième trimestre 2010, la firme de Cupertino a dévoilé un trésor de guerre très important : 51 milliards de dollars (plus de 37 milliards d’euros).

Avec une telle manne, Apple pourrait acquérir une pléthore d’entreprises ou en cibler une ou deux de tout premier plan. Questionné sur le devenir de trésor de guerre, Steve Jobs a expliqué qu’il pourrait être utilisé pour satisfaire des opportunités stratégiques. Pour l’heure, aucune dépense n’est prévue, mais le patron a néanmoins ajouté qu’il pourrait y en avoir une à l’avenir.

Si l’hypothèse d’un rachat de Facebook par Apple est exacte, quelles sont les raisons qui pourraient inciter la firme de Cupertino à lorgner sur le réseau social fondé par Mark Zuckerberg ? La plus évidente d’entre elles s’appelle Google. En effet, les deux sociétés ne sont pas directement rivales mais partagent un adversaire commun. Apple affronte Google dans plusieurs domaines, comme celui des smartphones (iPhone contre Nexus One), des O.S. mobiles (iOS contre Android) et de la publicité en ligne.

Du côté de Facebook, c’est le branle-bas de combat depuis que Google a décidé de se relancer dans le réseautage social. Si jusqu’à présent, les précédentes tentatives se sont soldées par des échecs, la firme de Mountain View est visiblement déterminée à s’imposer durablement dans ce secteur. En septembre dernier, Eric Schmidt a confirmé l’existence du projet Google Me. Rappelons que par le passé, Google avait essayé sans succès de mettre la main sur Facebook.

Une autre raison justifiant un rapprochement entre Facebook et Apple pourrait être lié à l’intérêt soudain que porte la firme de Cupertino pour les réseaux sociaux. Lors de la keynote du 1er septembre dernier, Apple a en effet présenté un réseau social autour de la musique. Intitulé Ping, il était alors présenté comme une synthèse entre Facebook, Twitter et iTunes.

En septembre, quelques rumeurs avaient évoquées l’hypothèse d’un « Facebook Phone ». Le site Techcrunch avait estimé que le réseau social pourrait réaliser le système d’exploitation de l’appareil. L’information fut démentie par Mark Zuckerberg lui-même, lors d’un entretien avec Techcrunch. Mais au cours de l’interview, le fondateur de Facebook a expliqué que cette éventualité n’était pas définitivement écartée.

Enfin, et c’est peut-être le signe le plus explicite, le Los Angeles Times a indiqué le 15 octobre dernier que Steve Jobs avait invité Mark Zuckerberg à dîner. Autant de signes qui ne trompent pas ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés