Eric Schmidt a confirmé l'existence de Google Me. Prévu pour cet automne, le réseau social a été présenté par le patron de Google comme une "couche sociale". Si la dimension du "social gaming" n'a pas été abordée, Google Me devrait s'appuyer sur les services de Google déjà existants pour rivaliser avec Facebook.

C’était une rumeur qui avait des allures de secret de Polichinelle. Fin juin, les spéculations autour d’un nouveau réseau social prochainement par Google ont fleuri à la faveur d’un message publié sur Twitter (effacé depuis) par le fondateur de Digg.com. « Grosse rumeur. Google est sur le point de lancer un concurrent de Facebook, « Google Me ». La source est très crédible » avait-il écrit.

Une rumeur qui s’est finalement avérée être exacte. À nos confrères de ZDnet, le directeur exécutif de Google a confirmé que l’entreprise planche actuellement sur un nouveau réseau social. Si la date exacte de lancement n’est évidemment pas connue à ce stade, Eric Schmidt a affirmé que Google Me – le nom actuel du projet – devrait sortir cet automne.

Point intéressant, Eric Schmidt a présenté Google Me comme « une couche sociale ». Difficile pour l’heure de savoir ce qu’un terme pareil implique pour les utilisateurs, mais il est possible d’imaginer un système qui serait transversal à plusieurs services, notamment ceux appartenant à Google (Maps et YouTube par exemple). Par contre, la dimension du « social gaming » n’a pas été évoquée.

Rappelons que début août, Google s’est offert Slide, un éditeur de jeux et d’applications en ligne pour les réseaux sociaux. Or, des bruits de couloir laissent entendre que la firme de Mountain View souhaite s’appuyer sur les jeux vidéo pour attirer les internautes vers Google Me. Fin juillet, le Wall Street Journal citait des sources affirmant que Google a ouvert des négociations avec plusieurs éditeurs de jeux en ligne.

S’appuyer sur ses services existants pour lancer un service social semble finalement la meilleure stratégie pour Google. En effet, Facebook compte déjà plus de 500 millions d’inscrits et il sera difficile pour la firme de Mountain View de les récupérer avec un projet similaire. D’autant que les précédentes tentatives se sont soldées par des échecs plus ou moins cuisants.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés