Apple aurait obtenu le retrait d'une vidéo publicitaire des écrans de télévision, en menaçant l'annonceur de supprimer les applications qu'il propose sur l'iPad.

Apple est susceptible. La firme de Cupertino a exigé que le journal Newsday arrête immédiatement de diffuser le spot publicitaire qui présentait de manière humoristique son application pour iPad. Très réussie, la publicité montre un père de famille agacé par une mouche qui lui tourne autour alors qu’il lit son journal. Mais oubliant que l’iPad n’est pas un journal papier, il se sert de l’appareil pour écraser la mouche et détruit son iPad au passage.

Selon Network World, qui cite un employé anonyme de Newsday, les équipes de Steve Jobs n’auraient pas apprécié de voir l’écran de verre de l’iPad s’éclater en mille morceaux, ce qui est un réflexe naturel du professionnel soucieux de sa communication. Pendant des années les constructeurs d’automobiles ont par exemple refusé de voir leurs voitures virtuelles être déformées dans les jeux vidéo qui exploitaient leur marque.

Mais ce qui est surtout gênant, c’est la manière avec laquelle Apple a semble-t-il obtenu le retrait de la publicité. Traditionnellement, elle aurait utilisé le droit des marques en dénonçant une démonstration trompeuse de l’iPad, qui nuit à la réputation de son produit. Mais ici, la firme aurait menacé Newsday de retirer son application de l’App Store s’il refusait d’obtempérer. Simple et rapide.

Ceux qui créent des applications pour l’iPad sont pieds et poings liés à Apple. Ici il ne s’agit que d’une publicité, mais c’est parfois la propre liberté d’expression des journalistes qui est menacée, comme l’a expliqué Charlie Hebdo. Un journal économiquement dépendant de sa version iPad prendra-t-il le risque de publier un article attaquant la firme de Cupertino ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés