La technique est bien connue de ceux qui défendent la liberté de communication et s’opposent au filtrage sur Internet. On se souvient que lorsque la justice italienne a exigé le blocage de l’accès au site de liens BitTorrent The Pirate Bay, le site avait mis quelques jours à ouvrir un site miroir, Labaia.org, pour contourner le filtrage par DNS. Il avait fallu deux ans pour qu’un jugement ordonne également la fermeture de Labaia. La même astuce avait été employée au Danemark.

Ce mois-ci, c’est l’ARJEL qui donne aux internautes français l’occasion de mettre en application le même procédé. Le blogueur Paul Da Silva a ainsi acheté le nom de domaine Arjel-Stanjames.com, qu’il redirige gracieusement vers le site Stanjames.com bloqué sur ordre du président du tribunal de grande instance de Paris. A moins d’une mise à jour de leur liste noire, les routeurs DNS de Bouygues Telecom – le premier à obéir à l’ordonnance – ne bloqueront pas l’utilisation du nom de domaine alternatif. La redirection en effet totalement transparente pour le navigateur, et les routeurs du FAI pensent que Arjel-Stanjames.com et Stanjames.com sont deux sites différents.

Seul un filtrage par adresse IP serait alors efficace, avec le risque de bloquer également des sites légitimes hébergés sur le même serveur.

La situation est d’autant plus compliquée que c’est ici un particulier qui a créé le site miroir, sans être l’éditeur de Stanjames. Or la loi sur les jeux en ligne ne permet pas en principe de saisir le tribunal pour faire ordonner le blocage d’un nom de domaine qui n’est pas administré par la société éditrice du site de pari illégal.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés