Selon les dernières statistiques américaines concernant Facebook, le réseau social a connu une activité en baisse le mois dernier. Pour Inside Facebook, ce désintérêt touche à la fois les internautes hésitants à s'inscrire mais également ceux déjà membres du réseau social. Les critiques récurrentes sur la gestion de la vie privée des utilisateurs sont certainement la principale raison ayant entrainé cette chute.

Facebook commencerait-il à lasser certains utilisateurs ? Selon les derniers relevés effectués par Inside Facebook, le réseau social le plus populaire du moment a connu un très mauvais mois de juin. Cela concerne à la fois les inscriptions de nouveaux internautes et l’attractivité du site auprès des Américains déjà inscrits, tous les deux en chute libre.

Dans le premier cas, Inside Facebook note que seuls 320 800 nouveaux utilisateurs américains ont été actifs en juin (Les Monthly Active Users – MAU – désignent les nouveaux membres ainsi que les membres n’ayant pas eu d’activité sur Facebook pendant plus d’un mois).

En comparaison avec le mois précédent, c’est une véritable chute libre. En effet, Inside Facebook avait relevé 7,8 millions de nouveaux utilisateurs en mai. Une perte d’attractivité qui se répercute également sur les Américains déjà inscrits sur le réseau social.

En effet, selon le graphique fourni par Inside Facebook, on relève que 253 840 internautes américains (cumul de toutes les baisses) âgés entre 18 et 44 ans ne sont pas revenus sur le réseau social tout le mois dernier. La classe d’âge la plus touchée, à la fois chez les hommes et les femmes, est celle allant de 26 à 34 ans. -100 060 membres féminins et -73 560 membres masculins.

Comment expliquer une telle désaffection ? La première des raisons, et sans doute la principale, concerne la confidentialité des données personnelles. En effet, Facebook a été régulièrement accusé ces derniers mois de ne pas prendre au sérieux l’impérieuse nécessité de préserver la vie privée de ses membres.

Il suffit de se remémorer les errements de Facebook dans ces domaines, au point de vouloir combattre directement le principe de la vie privée pour finalement faire acte de contrition et essayer de regagner la confiance de ses membres. Pour beaucoup, Facebook semblait naviguer à vue, avec comme conséquence une gestion tout simplement désastreuse de sa communication et de sa politique en matière de vie privée.

En parallèle, des projets alternatifs se multiplient et incitent peut-être les anciens membres à prêter davantage attention à des services beaucoup plus attentifs au bien-être des utilisateurs. C’est par exemple le cas de Diaspora, qui doit arriver dans deux mois. Selon les promoteurs du projet, le site doit être l’alternative libre et ouverte de Facebook.

Pour Facebook, cela peut évidemment apparaitre comme une mauvaise nouvelle. Néanmoins, le site a une marge de progression très importante dans des pays très peuplés comme la Chine, le Brésil ou encore l’Inde. Si pour l’heure, Facebook n’est pas encore le réseau social majoritaire dans ces pays, la firme espère bien changer la donne très bientôt. Et compenser éventuellement une perte d’utilisateurs, si jamais la tendance se confirme dans le temps.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés