L'attente est à la hauteur du financement. Surnommé Diaspora, le projet de réseau social libre et ouvert a récolté en quelques semaines pas moins de 200 000 dollars. Lancé par quatre étudiants américains, l'outil se veut l'exact opposé de Facebook, qui concentre depuis quelques années de nombreuses critiques sur le respect de la vie privée.

Le projet ne sera donc pas qu’une simple promesse. En récoltant plus de 200 000 dollars en quelques semaines, les quatre étudiants de l’université de New York à l’origine du projet Diaspora ont mis en lumière l’impérieuse nécessité d’obtenir au plus vite une alternative crédible à Facebook. Et tandis que le plus populaire des réseaux sociaux a depuis longtemps adopté un modèle centralisé pour gérer les données personnelles de ses membres, Diaspora devrait prendre l’exact chemin opposé.

En effet, Diaspora ambitionne de fournir un logiciel libre d’ici quelques mois qui permettrait aux internautes d’avoir accès à un réseau social libre, ouvert et décentralisé. En principe, l’outil devrait fonctionner de la même manière que les réseaux P2P dédiés aux échanges de fichiers, mais pour construire un réseau social dont les données seront protégées et libérées de tout contrôle.

Désormais financé, le projet devrait rentrer dans une phase plus active et moins médiatique. « Vous ne devriez plus trop entendre parler de nous durant les prochains mois, et nous ferons de notre mieux pour vous fournir des mises à jour régulières, mais notre silence signifie que nous travaillons d’arrache-pied » ont expliqué les quatre étudiants dans une note mise en ligne le 31 mai dernier.

Prévu sous licence AGPL (licence publique générale Affero, dérivée de licence publique générale GNU), Diaspora a évidemment profité du comportement pour le moins erratique de Facebook en matière de vie privée et de confidentialité, entre lobying intensif et rétropédalage en urgence. Et ces changements de cap successifs ne sont pas des gages de sérénité. Récemment, l’Electronic Frontier Foundation avait mis en ligne une chronologie très critique des différentes évolutions de Facebook en matière de confidentialité des données.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés