Apple n'est plus tout à fait seul dans sa lutte contre les contenus pornographiques. Un autre acteur de poids a récemment mis à jour les conditions de validité des applications à destination de sa plate-forme mobile, pour interdire la mise en ligne d'applications pour adulte. Et cet allié inattendu n'est autre que Microsoft, le vieux rival de la firme de Cupertino.

Ces dernières années, nous avons longuement critiqué la politique d’Apple en matière de validation des contenus sur l’App Store. En effet, nous avions considéré que ce n’est pas à la firme de Cupertino de décider ce qui est bon ou non pour ses utilisateurs. En choisissant de prendre la morale comme critère de sélection, Apple venait de mettre le doigt dans un engrenage bien dangereux. Et de se transformer peu à peu en censeur public.

Si jusqu’à présent Apple semblait bien seul dans son combat, la firme américaine va désormais pouvoir compter sur un allié de poids. En effet, nos confrères de PC INpact ont mis en lumière un document PDF à destination des développeurs. Dans celui-ci, le géant de Redmond présente la liste des conditions à respecter pour espérer être inscrit sur le Marketplace.

Ainsi, le critère 6 recense ainsi tous les contenus pornographiques qui sont interdits. Si nous retrouvons bien entendu des éléments condamnés par la loi, comme la pédopornographie, la prostitution ou la zoophilie, le document interdit également les contenus sexuels déviants (comme le fétichisme ou le bondage) ou plus « classiques » (visibilité des poils pubiens, de la poitrine, du sexe, des fesses…).

Finalement, le plus permissif en la matière semble bel et bien Google. D’ailleurs, Steve Jobs ne s’était pas privé d’une petite remarque bien sentie, en invitant tous les amateurs de porno à se ruer sur un téléphone Android, plutôt que d’espérer quoi que ce soit sur l’iPhone.

« Vous savez, il y a un Porn Store sur Android. N’importe qui peut le télécharger. Vous le pouvez, vos enfants le peuvent. Nous ne souhaitons pas aller dans cette direction« , avait-il déclaré, en référence à un portail d’applications spécialement dédié aux contenus pour adultes, Mikandi.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés