On le sait, Apple n’autorise sur l’iPhone et l’iPad que l’exécution d’applications signées distribuées sur l’App Store dont il contrôle le contenu. Pour justifier cette décision destinée avant tout à s’assurer des commissions sur les ventes d’applications et à bloquer des applications concurrentes, Steve Jobs avait cru utile de dénoncer la politique différente de Google et de son système Android. « Vous savez, il y a un Porn Store sur Android. N’importe qui peut le télécharger. Vous le pouvez, vos enfants le peuvent. Nous ne souhaitons pas aller dans cette direction« , avait ainsi défendu le patron de la firme de Cupertino.

Mikandi, le fameux Porn Store dénoncé par Steve Jobs, peut aujourd’hui l’en remercier. La plateformes d’applications Android 100 % dédiées aux contenus pour adulte s’est félicité dans sa newsletter des déclarations du président d’Apple, qui a permis à Mikandi de jaillir de l’obscurité et de gagner plus d’une dizaine de milliers d’utilisateurs supplémentaires.

Pas sûr non plus que la déclaration dérange Google. La pornographie est un contenu comme un autre, et Google ne veut pas se faire juge des bonnes moeurs en décidant d’autorité de ce qui a droit de cité ou non sur les téléphones mobiles. Peut-être Steve Jobs ignore-t-il qu’il est possible d’accéder à du porno sur l’iPhone en allant tout simplement sur des sites pornographiques à partir du navigateur Safari embarqué. A moins qu’Apple ne décide d’implanter un filtre parental sur ses appareils ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés