Si le nom de Christophe Tardieu vous dit quelque chose, c’est peut-être moins pour ses brillants services à la tête du cabinet de Christine Albanel que pour sa bourde qui lui a valu d’en être suspendu. C’est en effet lui qui avait fait remonter au chef du lobbying de TF1 le mail anti-Hadopi que Jérôme Bourreau-Guggenheim avait envoyé à sa députée UMP Françoise de Panafieu, accompagné de ce message : « vous avez des salariés qui, manifestement, aiment tirer contre leur camp« . L’affaire est toujours en attente d’un jugement devant les Prud’Hommes, puisque l’indiscrétion avait valu à l’employé de TF1 d’être licencié aussi sec.

Depuis, Tardieu a reçu sa médaille, a été promu président du Conseil d’administration du Centre national de la danse, puis numéro deux de l’inspection générale des finances. Le tout en moins d’un an. Mais lui qui aspire à accompagner Alexandre Bompard à la présidence de France Télévisions a l’Hadopi qui lui reste au travers de la gorge.

Le haut fonctionnaire publiera le 26 août prochain un livre sur Hadopi, « Internet et libertés« . Avec la ferme intention de défendre la loi, si l’on en croit la quatrième de couverture déjà publiée par les éditions du CNRS (la mise en gras est de nous) :

Un retour critique, à rebours des idées reçues, sur les non-dits du débat concernant la loi « Hadopi « . Qu’en est-il de la création et des droits afférents de propriété artistique, qui résument la liberté d’expression, à l’heure de la mondialisation et d’Internet ? Pourquoi n’y a-t-il pas eu de véritable débat autour de la loi  » Création et Internet  » ? En quoi le téléchargement illégal d’œuvres sur la toile peut-il menacer la création littéraire et artistique ? Que signifie désormais la notion de droit d’auteur ? Quelle est la profondeur de la crise sans précédent que traversent les secteurs de la musique et du cinéma ?

C’est à ces questions qu’entend répondre ici Christophe Tardieu. En rappelant quelques grands et simples principes, qui ont pour noms responsabilité et pédagogie. Et en montrant combien, en fait, la France est particulièrement en avance par rapport aux autres pays développés. Au point que son modèle sert d’exemple. Car tel est le véritable enjeu pour demain : assurer à la fois une véritable défense de leurs droits pour les artistes et une offre légale, abondante, et bon marché pour les internautes. Un éloge, en fait, de la révolution d’Internet. Un livre décapant, au coeur d’un des débats les plus décisifs pour l’avenir de la culture.

De manière comique, l’éditeur cite parmi les thèmes abordés la « mise en œuvre de la loi Hadopi et envoi par mail des premiers avertissements à partir de février 2010« , alors qu’ils ne sont plus prévus avant au grand minimum le mois prochain, et très certainement pas avant la Saint Glinglin.

LouvrePourTous signale par ailleurs que Christophe Tardieu, très prolifique, sort aussi ce mois-ci un livre sur le Château de Versailles, dont il fut administrateur sous la présidence, déjà, de Christine Albanel.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés