Selon une étude néerlandaise, ceux qui jouent à des jeux de tirs à la première personne auraient des temps de réponse plus rapides que les autres lorsqu'ils doivent passer d'une tâche à une autre.

C’est quelque chose que ressentent intuitivement nombre de joueurs, mais qui n’a pas souvent été vérifié par des cherches scientifiques. Jouer aux jeux vidéo de tirs à la première personne (FPS) améliorerait certaines capacités cérébrales. La revue Frontiers in Psychology publie à cet égard une étude (.pdf) de deux chercheurs néerlandais des universités d’Amsterdam et de Leiden, qui conluent que ceux qui jouent régulièrement à des FPS connaissent une « flexibilité cognitive supérieure« .

Pour réaliser leurs travaux, les chercheurs ont sélectionné deux groupes de 17 joueurs et 17 non joueurs, ayant à peu près le même âge (autour de 23 ans), et le même quotient intellectuel. Etaient considérés comme des joueurs ceux qui jouaient au moins quatre fois par semaine depuis six mois à des FPS comme Call of Duty : Modern Warfare, Unreal Tournament, Battlefield, ou GTA IV. Sur PC, ou sur consoles.

Selon les chercheurs, les FPS « demandent aux joueurs de développer un état d’esprit flexible qui leur permet de s’engager dans des scénarios complexes, de réagir rapidement à des évènements visuels et accoustiques soudains, et de passer passer d’une sous-tâche à une autre« . Or en soumettant les deux groupes à des tests de rapidité et de précision leur demandant de passer rapidement d’une tâche à une autre, les universitaires ont découvert que le groupe des joueurs était plus rapide que l’autre à répondre, avec un niveau de précision très proche.

« Nous pensons que les joueurs sont plus efficaces à contrôler leur mémoire épisodique, et donc, à activer et mettre à jour alternativement des tâches définies« , écrivent les chercheurs. Les joueurs seraient plus doués que les autres pour retrouver une information pertinente dans leur mémoire épisodique, et pour écarter au contraire les informations qu’ils jugent parasitaires.

L’étude conclut en remarquant que si plusieurs chercheurs ont montré auparavant que les joueurs avaient de meilleures capacités visuelles, eux n’ont pas trouvé de différence d’attention visuelle entre joueurs et non joueurs. Ils pensent que la différence de rapidité n’est pas tant due à une meilleure faculté à percevoir les stimulis visuels qu’à les interpréter rapidement et réagir en conséquence.

L’armée américaine a elle-même réalisée une étude en début d’année, qui montrait que ses soldats qui jouaient à des jeux vidéo avaient de meilleures capacités cognitives que les autres. En revanche, une autre étude publiée ce mois-ci a indiqué que les jeux qui entraînent le cerveau ne rendent pas plus intelligents.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés