Odebian et la réponse de la Ligue Odebi au projet de loi LOPPSI. Adopté hier à l'Assemblée nationale (en première lecture), le texte doit encore être examiné par le Sénat. Cependant, pour la Ligue, il n'est pas question d'attendre un hypothique retournement de situation. Le projet Odebian vise à préserver la vie privée et la confidentialité des internautes.

À peine adoptée en première lecture à l’Assemblée nationale que déjà des outils anti-LOPPSI se mettent en place. C’est le cas de la Ligue Odebi, qui s’est montrée très critique envers le projet de loi portée successivement par Michelle Alliot-Marie puis Brice Hortefeux, en déployant le projet Odebian. Il s’agit d’une distribution Linux basée sur Debian et proposée sous la forme d’un Live CD, le tout « paramétré pour une protection maximale de la vie privée« .

Le projet Odebian se veut accessible au plus grand nombre. Grâce au principe du Live CD, il n’est pas nécessaire d’installer quoi que ce soit sur l’ordinateur. Il suffit simplement d’avoir le projet gravé sur un CD et de régler le démarrage de l’ordinateur sur le lecteur plutôt que sur le disque dur. Cependant, pour les plus néophytes en informatique, il sera également possible de lancer le projet grâce à une clé USB.

D’ailleurs, comme l’explique le site du projet, Odebian « devra fournir un système accessible à tous nos concitoyens, madame michu compris. Le genre de truc à avoir dans sa poche afin de pouvoir utiliser de manière sécurisée n’importe quel ordinateur, où que l’on soit sur la planète. Ce qui impliquera de notre part un travail de tests et d’intégration pour fournir un outil simple d’utilisation« .

Pour l’heure, le projet en est ses débuts. La Ligue Odebi lance donc un appel à tous les internautes souhaitant participer à Odebian, afin de le rendre le plus efficace possible. Par défaut, Odebian intégrera notamment des outils de chiffrement et cherchera à faire transiter les connexions à travers TOR, un réseau décentralisé oeuvrant pour l’anonymat des internautes. Et puisqu’il s’agit d’un Live CD, l’ordinateur ne conservera aucune trace d’installation.

Rappelons que les principales dispositions sécuritaires concernant Internet touchent le filtrage des sites pédo-pornographiques par les FAI, la mise en place de logiciels espions dans les ordinateurs des particuliers ou encore la création d’un délit d’usurpation de l’identité sur le web. Autant de mesures qui ont provoqué débats et polémiques dans la société civile et dans la classe politique.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés