Orange travaillerait actuellement à la mise en place de DNS menteurs qui permettent de rediriger les erreurs de saisies d'URL vers un moteur de recherche sponsorisé, comme le fait SFR depuis cet été. Contacté par Numerama, l'opérateur ne dément pas nos informations.

Selon nos informations, des discussions ont lieu actuellement dans les bureaux d’Orange pour préparer la mise en place d’un « DNS menteur » pour les abonnés ADSL du FAI, similaire à celui installé l’été dernier par SFR. Le procédé doit rediriger les utilisateurs vers un moteur de recherche lorsque l’adresse web qu’ils entrent (l’URL) n’existe pas, et/ou suggérer des adresses valides proches de celle saisie par erreur. Par exemple, si l’utilisateur tape www.gogle.fr, le DNS menteur renvoie vers une page qui suggère www.google.fr plutôt que de renvoyer un signal d’erreur au navigateur.

A première vue, il s’agit d’un service utile pour les abonnés. Mais il est totalement contraire à la neutralité du net et dénoncé par l’ICANN qui a identifié de nombreux problèmes posés par les DNS menteurs : implications pour l’architecture réseau, l’impact néfaste sur les protocoles Internet, la création de possibles engorgements des serveurs qui reçoivent les redirections, des problèmes de protection de la vie privée, la dégradation de certains services comme les e-mails envoyés à une mauvaise adresse sans retour d’erreur, ou encore l’abus de position dominante.

Le FAI qui met en place un DNS menteur redirige une partie du trafic vers ses propres pages, et peut en profiter pour afficher des publicités rémunératrices.

Le service d’Orange devrait ainsi selon nos informations rediriger les utilisateurs vers le moteur de recherche d’Orange.fr, avec l’URL saisie en lieu et place des mots clés de recherche. Un « correcteur » vérifiera alors automatiquement si une adresse existante semble correspondre à ce que cherche l’utilisateur, et lui suggèrera une correction accompagnée de liens publicitaires. Orange captera ainsi à son bénéfice une partie du trafic.

Contrairement à SFR qui l’impose, le système d’Orange devrait pouvoir se désactiver depuis l’interface de la Livebox, par souci de violer un peu moins nettement la neutralité du net. On ne sait pas encore à ce stade s’il sera activé par défaut.

Contacté, Orange n’a ni confirmé ni démenti nos informations. L’opérateur dit simplement ne pas avoir d’information à ce sujet, et précise que ce projet soit n’existe pas du tout, soit est encore trop confidentiel ou embryonnaire pour faire l’objet d’une communication officielle.

Le projet n’est encore qu’à un stade précoce, mais selon nos informations pourrait être mis en place d’ici l’été prochain.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés