SFR justifie le fait de renvoyer ses abonnés vers son moteur de recherche monétisé en cas d'erreur d'URL par la meilleure ergonomie offerte aux clients par rapport aux navigateurs du marché. Mais est-ce le rôle d'un FAI de se substituer aux concepteurs de navigateurs ?

Nous vous parlions hier du fait que SFR a décidé cet été de mettre en place sur son réseau des DNS menteurs. Concrètement, lorsqu’un internaute abonné au FAI se trompe d’URL ou qu’il cherche à accéder à une adresse qui n’existe plus, SFR renvoie automatiquement vers un moteur de recherche qui suggère à l’utilisateur des pages (et des liens sponsorisés) ayant un lien avec la recherche erronée. La manœuvre est une violation pure et simple de la neutralité du net, qui veut qu’un intermédiaire technique se contente de transporter les données sans en modifier le contenu ou la destination. S’il y a erreur, il doit simplement renvoyer le message d’erreur correspondant, à charge pour l’application client de réagir de la manière souhaitée. A défaut, c’est un contournement des données envoyées par l’utilisateur.

Pour se justifier, SFR utilise le bon vieil argument du service au client. « L’objectif de SFR est de démocratiser la pratique de rendre toutes les nouvelles possibilités de l’internet et de la mobilité accessibles au plus grand nombre. C’est dans cet esprit que SFR propose depuis cet été une solution de redirection à ses clients web qui tapent une adresse erronée dans leur navigateur web« , explique l’opérateur à nos confrères de PC Inpact.

« Jusqu’à présent, la plupart du temps, c’est une page froide et au langage très technique qui accueille les internautes perdus pour leur signifier une erreur« , précise SFR. « Cette page opère comme une impasse pour la grande majorité des surfeurs, peu aguerris aux raccourcis et aux techniques de personnalisation de leur barre d’exploration. Il est difficile de repartir simplement sur une recherche efficace. »

Mais ce n’est pas le rôle des fournisseurs d’accès à Internet d’afficher la page d’erreur lorsqu’une URL est erronée. C’est le rôle des navigateurs. C’est Microsoft sur Internet Explorer ou Mozilla sur Firefox qui déterminent selon eux la meilleure manière de réagir face à une erreur, à charge pour l’abonné de choisir le navigateur qui lui offre le plus grand confort de navigation et la réponse la plus satisfaisante.

Sur Internet Explorer 8 :

Sous Firefox :

Sous SFR, quel que soit le navigateur (image PC Inpact) :

De même, il fallait oser, SFR assure que ses DNS menteurs ont « l’avantage d’anticiper les nouveaux usages au foyer », puisque « de plus en plus d’appareils/terminaux sont connectés en wi-fi à l’opérateur du foyer : consoles, boîtiers  » hubster « , media center,…« . Or, « ces terminaux offrent une ergonomie réduite pour le browsing, ou la personnalisation du navigateur, ou même pour saisir des adresses. De fait, leur proposer une redirection simplifiée en cas d’erreur, représentera un réel service au fil de la croissance de ces usages« .

Mais ce sont aux fabricants de ces terminaux de s’assurer de l’ergonomie de leur navigateur par rapport à ceux de leur concurrent. Ca n’est pas à un opérateur d’imposer sur tous les terminaux la même réponse au même problème ! Ou alors le fabricant qui aura une réponse plus ergonomique que SFR ne pourra pas la proposer à ses clients. Ce qui pose la question de la violation de la libre concurrence par SFR.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés