Warner Bros, qui a acquis les droits sur Harry Potter pour adapter les livres au cinéma, a fait interdire à Londres un dîner underground sur le thème du célèbre sorcier.

Martine Lover est une blogeuse-restauratrice qui a rendu populaire en Grande-Bretagne le concept des restaurants undergrounds. Elle organise des dîners végétariens chez elle, pour le plaisir des arts de la table, mais son adresse n’est connue que des initiés, qui se passent le mot. Régulièrement, elle annonce les dîners sur son blog, avec le thème et le menu. C’est une sorte de rave party adapté au monde de la restauration.

Pour Halloween, la restauratrice a souhaité organisé une soirée sur le thème Harry Potter, avec menus adaptés à grand renforts de biéraubeurres, bouillabaisse, et chocogrenouilles. Les clients ne s’assieraient pas n’importe où, mais à la table désignée par le Chapeau Magique, après avoir fourni un mot de passe à l’entrée. Ambiance garantie, avec costumes pour chaque client. Mais la soirée n’aura pas lieu, ou en tout cas pas sous cette forme. Comme le rapporte Torrentfreak, Warner a mandaté ses avocats pour signaler à la blogueuse qu’elle n’avait pas le droit d’exploiter la marque et l’univers Harry Potter sans son autorisation.

« Bien que nous sommes ravis que vous soyez une telle fan de la saga Harry Potter, l’utilisation que vous faites des Propriétés Harry Potter sans notre consentement équivaut à une violation des droits de Warner« , indique la missive. Elle explique que Warner détient les droits sur les marques Harry Potter et les droits relatifs à l’adaptation des livres au cinéma, et qu’elle négocie des licences pour les produits dérivés avec des tiers, moyennant paiement. Sans doute consciente qu’une restauratrice underground n’aurait pas les moyens de négocier une telle licence, Warner demande à la blogueuse de cesser toute utilisation des marques Harry Potter dans la promotion de son dîner, et lui suggère de le transformer en dîner sur un thème plus générique, comme Halloween ou la Sorcellerie. Ce qu’elle a fait, non sans regret.

Une soirée à thème Harry Potter, organisée quasiment sans but lucratif, ne peut pas causer de préjudice important à Warner. Au contraire, elle entretient même la notoriété de l’œuvre et contribue à péréniser le succès de la marque dans le temps. Mais pour Warner, c’est une question de principe, quasi compulsive. On se souvient que le studio a déjà fait interdire une encyclopédie de fans, et le film indien Hari Puttar au prétexte que le nom du personnage était trop proche de celui de JK Rowling.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés