Personne ne le savait, mais il est temps de vous le révéler. Il existe quelqu’un de très demandé à Hollywood, embauché collectivement par toute la profession, chargé de trouver chaque jour une nouvelle idée pour voir jusqu’où le droit d’auteur et la propriété intellectuelle peuvent être tirés sans que l’élastique de l’imbécilité ne leur revienne en pleine tête. Et aujourd’hui encore, l’employé du mois a trouvé une super idée.

Suivant ses conseils, Warner Bros. a ainsi porté plainte contre un producteur indien qui s’apprête à sortir en Inde le film Hari Puttar : A Comedy of Terrors. Un plagiat de Harry Potter, selon le studio. Sauf qu’à part la sonorité similaire entre Harry Potter et Hari Putar, qui ressemble plus à un clin d’oeil qu’à une contrefaçon, on ne voit pas bien où est le plagiat…

Le film tourné en hindi raconte l’histoire de Hari Prasad Dhoonda, un enfant de 10 ans sans pouvoir magique surnommé Hari Puttar, qui déménage avec sa famille en Grande-Bretagne. Le père est un scientifique qui travaille sur un projet top-secret pour l’armée indienne, dont les plans sont cachés dans un ordinateur gardés dans la maison. Alors que les parents partent en congé, l’enfant est laissé seul dans la maison, et doit affronter deux cambrioleurs venus dérober l’ordinateur.

Rien à voir, donc, avec le célèbre magicien de JK Rowling. Même la sonorité des deux noms serait une coïncidence. Hari est un prénom très commun en Inde, et Puttar est un mot qui veut dire « fils » en panjâbî, un dialecte indien.

Au pire peut-on voir une ressemblance étrange avec le film de Chris Columbus, Maman j’ai râté l’avion.

Mais Warner n’en démord pas. « La Warner Bros est attachée au droit à la propriété intellectuelle qu’elle entend défendre« , a répondu laconiquement le studio à l’agence Associated Press. Comme si Hari Puttar pouvait lui porter préjudice…

Ridicule n’est même pas le mot. Mais puisque Warner veut aller sur ce terrain, offrons-lui pour conclure une jolie liste de titres de films (pour adultes uniquement) où elle trouvera sans doute matière à porter plainte…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés